Tom Pidcock fait des débuts surprenants à Paris-Roubaix – "Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai été aussi excité"

Tom Pidcock fait des débuts surprenants à Paris-Roubaix – « Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai été aussi excité »

A la veille de Paris-Roubaix, Ineos Grenadiers a choqué le monde du cyclisme en annonçant que Tom Pidcock ferait ses débuts dans la course élite, cinq ans après avoir remporté l'édition des moins de 23 ans et, surtout, moins d'une semaine après avoir chuté. Itzulia Pays Basque.

Les six derniers jours ont été un véritable tourbillon pour Pidcock, qui espérait défier Jonas Vingegaard (Visma-Lease a Bike) pour le classement général au Pays Basque, mais a été exclu en raison d'une chute lors de sa reconnaissance contre la montre de l'étape 1. . Le Britannique a cependant révélé que la décision de courir Paris-Roubaix avait été prise presque immédiatement.

«Mardi», répondit-il, quant à la date à laquelle les plans avaient été élaborés.

«Je vais bien pour être honnête. D'accord, il y a encore un peu de bleus sur ma hanche, mais dès que j'ai su que ce n'était pas grave, je me suis dit « c'est vrai, c'est parti ! » J'ai recommencé à m'entraîner et je me suis dit : « Je veux aller rouler à Roubaix ».

« Considérant que je n'ai pas fait de reconnaissance et que je n'ai pas parcouru ces routes depuis cinq ans, c'est sûr que ça va aider. J'ai juste hâte de me retrouver coincé et d'aborder la dernière partie de la course », a-t-il déclaré. dit.

« Je veux dépasser cette première partie du chaos – n'importe qui peut en être victime, avec des problèmes mécaniques, des chutes, n'importe quoi. Il faut battre le parcours avant d'essayer de gagner la course. »

Les débutants ne sont généralement pas pressentis pour remporter Paris-Roubaix. La sagesse commune dit que la race doit être apprise avant de pouvoir être conquise, mais à Pidcock, les Ineos Grenadiers possèdent l'un des jeunes talents les plus brillants de la planète.

Pour Pidcock, il n’y a aucune attente pour la course, mais qu’est-ce qui est réaliste pour l’ancien vainqueur des Strade Bianche ?

« N'importe quoi, honnêtement, » répondit-il. « C'est une chose de dernière minute, je suis là pour en profiter et quand j'en profite, je tire le meilleur parti de moi-même. »

Quant à ses réflexions sur le favori d'avant-course, son ancien rival de cyclo-cross, Pidcock a déclaré : « Je ne suis pas vraiment ici pour vous dire comment battre Van der Poel. Il n'y a pas que Van der Poel, il pourrait crever, ou une chute et il pourrait être hors course dans les 100 premiers kilomètres. »

La route décidera en fin de compte si l'entrée tardive de Pidcock s'avère un succès, mais pour Ineos Grenadiers, les débuts du joueur de 24 ans ont déjà remonté l'ambiance du bus de l'équipe avant la course. Lorsque le drapeau est tombé sur la course plus tôt ce matin, ils savaient qu'ils comptaient un autre vainqueur potentiel parmi eux.

« Il est absolument excité à l'idée de participer à la course, et il a apporté un autre élément à l'équipe. Les gars sont tous excités également, donc c'est génial de l'avoir ici. »

A lire également