Itzulia Pays Basque étape 5 : Grégoire remporte la victoire au photo finish lors d'une journée mouvementée

Itzulia Pays Basque étape 5 : Grégoire remporte la victoire au photo finish lors d'une journée mouvementée

Après la chute cauchemardesque de jeudi, Itzulia Pays Basque était resté grand ouvert et s'est déroulé de manière chaotique lors de la 5e étape, remportée par Romain Grégoire (Groupama-FDJ) au sprint photo-finish sur un peloton réduit.

Max Schachmann (Bora-Hansgrohe) a lancé un sprint à longue distance pour tenter de traquer l'attaquant tardif Carlos Rodríguez (Ineos Grenadiers), mais malgré un vaillant effort, il a été poussé sur la ligne par le jeune Français Grégoire.

En fait, Grégoire n'était pas sûr de l'avoir, car un retardataire, Orluis Aular (Caja Rural), a franchi les barrières de droite pour créer une photo-finish à trois.

Les rediffusions ont confirmé que la roue de Grégoire a touché la ligne en premier avec à peine la largeur d'un pneu, et le joueur de 21 ans a pu célébrer sa première victoire de la saison et la première victoire du WorldTour de sa carrière.

« Ce sera celui dont je me souviendrai », a déclaré Grégoire. « Je suis vraiment soulagé, je me suis vraiment mis la pression pour aller au bout de cette étape. C'était une étape difficile, rapide toute la journée, et c'est vraiment génial de gagner. Pendant une minute ou deux, je ne savais pas que j'avais gagné, donc c'était stressant, mais c'est cool.

Après la sortie de Primož Roglič lors de l'étape précédente, Mattias Skjelmose (Lidl-Trek) a commencé la journée sous le maillot jaune et l'a terminée ainsi, même s'il a transpiré. Les deux autres grands favoris d'avant-course, Jonas Vingegaard et Remco Evenepoel, ont rejoint Roglič en quittant la course lors de la chute de jeudi, et l'absence de ce trio de chasseurs du Tour de France a soudainement transformé Itzulia Pays Basque en une sorte de mêlée générale. .

Les attaques ont plu toute la journée, et la course ne s'est jamais vraiment calmée, avec une vitesse moyenne au final de plus de 47km/h. Sepp Kuss (Visma-Lease a Bike) et Isaac Del Toro (UAE Team Emirates) ont été impliqués dans une pause à longue distance, ce dernier étant une menace constante alors que son équipe cherchait à mettre la pression sur Skjelmose et Lidl-Trek.

Tao Geoghegan Hart, qui a perdu du temps dans une chute lors de l'étape 2, a été déployé dans un rôle d'équipier et a contribué à contenir les attaques tardives, tandis que Skjelmose lui-même a été contraint de combler plusieurs écarts. Au final, ils n'ont subi aucune perte de temps notable puisqu'un groupe de 34 coureurs est arrivé à Amorebieta-Etxano pour l'arrivée.

Schachmann a décroché six secondes de bonus qui l'ont propulsé à la deuxième place, à deux secondes de Skjelmose. Il a devancé Juan Ayuso (UAE Team Emirates), qui a lui-même empoché deux secondes de bonus lors d'un sprint intermédiaire pour se retrouver désormais à quatre secondes de l'avance du Danois.

Une journée de course haletante

L'avant-dernière étape de la course Basque WorldTour s'étendait sur 175,9 km de Vitoria-Gasteiz à Amorebieta-Etxano, avec trois montées catégorisées et un parcours percutant mais une descente jusqu'à la ligne et une chance pour un autre sprint groupé réduit.

Le peloton s'est réuni pour le départ dans une humeur sombre alors que l'ampleur du bilan des blessures de la veille devenait plus claire, mais l'absence des trois grands favoris a fait que les coureurs restants sont sortis des pièges sans véritable structure de débat.

Il n'y a pas eu d'échappée à proprement parler puisque les deux premières heures se sont déroulées à près de 50 km/h. Le peloton s'est divisé dans la descente après le premier plateau de 40 km, mais s'est reconstitué pour la première ascension de la journée, l'Urikola de catégorie 1.

Il y a eu encore d'autres tentatives d'échappée dans la montée, mais rien n'a pu se dégager. Visma était actif dans le peloton, et ils ont jeté le chat parmi les pigeons lorsqu'ils ont envoyé Kuss sur la route avec son compatriote Del Toro à plus de 80 km de l'arrivée.

Ils ont gagné 45 secondes mais ont été ramenés lorsque Lidl-Trek a pris le commandement, avant qu'une échappée plus traditionnelle de neuf hommes ne remonte la route avant la première des deux ascensions de l'autre ascension de la journée, la Muniketagina de catégorie 3.

Le déménagement a été initié par Ivan Cobo (Kern Pharma) et les coureurs qui l'ont rejoint étaient : Jimmy Janssens (Alpecin-Deceuninck), Martijn Tusveld (dsm-firmenich-PostNL), Johannes Staune-Mettet (Visma-Lease a Bike), Mauro Schmid (Jayco-AlUla), Harrison Wood (Cofidis), Mathieu Burgaudeau (TotalEnergies), Enekoitz Azparren (Euskaltel-Euskadi) et José Manuel Diaz (Burgos-BH).

Cette échappée ne durera cependant pas longtemps, car le peloton les rapproche dès le départ de Muniketagaina, puis explose dans la montée elle-même. Après une salve d'ouverture d'Igor Arrieta (EAU), Santiago Buitrago (Bahrain Victorious) était le principal agresseur, avec un autre coureur des Émirats arabes unis, Marc Soler, impliqué, aux côtés de Brandon Rivera d'Ineos, alors que ces coureurs rejoignaient les restes de l'échappée pour créer une sélection menaçante.

Lidl-Trek a cependant arrêté ses activités une fois la descente terminée, mais cela n'a fait que signaler une nouvelle vague d'attaques. A 30 km de l'arrivée, Michal Kwiatkowski (Ineos Grenadiers), s'en va avec Mark Donovan (Q36.5), Remo Rochas (Groupama-FDJ), Ibon Ruiz (Kern Pharma) et l'ancien attaquant Staune-Mittet.

De retour sur Muniketagaina à 16 km de l'arrivée, la partie était terminée pour ce mouvement alors que le peloton a illuminé les choses, les Émirats arabes unis une fois de plus en tête. L'irrépressible Del Toro a pris la route dans un mouvement dangereux avec Oscar Onley de DSM, tandis que Geoghegan Hart arpentait Skjelmose, les gardant si près que d'autres coureurs cherchaient à franchir l'écart, parmi lesquels Schachmann.

Ces accélérations étaient effectuées juste au sommet de la montée et Skjelmose a dû se lancer lui-même dans l'action alors qu'un groupe de 12 se formait et gonflait jusqu'à 30 dans la descente.

Geoghegan Hart revenait juste après la descente lorsque Del Toro a encore accéléré, formant un doublé avec Brandon McNulty, une grande menace pour le général. Geoghegan Hart a fait de son mieux pendant environ un kilomètre, Skjelmose a ensuite poussé le groupe qui est revenu ensemble avec une trentaine de coureurs avant le dernier kilomètre.

Le dernier kilomètre a été marqué par une dernière attaque de Del Toro, qui a cédé la place à une tentative plus encourageante de Rodríguez, mais l'effort lointain de Schachmann l'a étouffé et lui a presque valu la victoire. Grégoire, quant à lui, piloté de main de maître par Quentin Pacher, a réussi à pincer sa roue juste à temps.

A lire également