Volta a la Comunitat Valenciana étape 2 : Matej Mohorič inarrêtable alors qu'il descend seul vers la victoire

Volta a la Comunitat Valenciana étape 2 : Matej Mohorič inarrêtable alors qu’il descend seul vers la victoire

Matej Mohorič (Bahrain Victorious) a remporté la deuxième étape de la Volta a la Comunitat Valenciana, réalisant une masterclass dans la descente de la montée finale pour s’imposer seul à La Valldigna.

C’était un geste attendu par tous en début de journée, mais aucun coureur ne pouvait vivre avec le Slovène alors qu’il dévalait les dernières pentes et consolidait son avantage dans les derniers kilomètres.

Derrière Mohorič, Giovanni Lonardi (Polti Kometa) et Simone Consonni (Lidl-Trek) ont terminé respectivement deuxième et troisième, alors que le groupe regardait Mohorič ravi avec un sentiment d’angoisse.

L’échappée du jour était composée de sept coureurs, avec en tête d’affiche Txomin Juaristi d’Euskaltel-Euskadi, mais ils ont toujours été retenus dans les trois minutes et ont finalement été rattrapés avant la montée finale.

Tandis que Mohorič s’éloignait en tête de la course dans la descente de l’Alto Pla de Corrals, le leader de la course et vainqueur de la première étape, Alessandro Tonelli (Groupe VF – Bardiani – CSF – Faizanè) a fait assez pour conserver la tête de la course. Il détient un avantage de 1:08 sur Mohorič avant l’étape 3, Felix Großschartner (UAE Team Emirates) remontant à la troisième place.

« J’ai toujours été concentré sur cette étape de cette course, je pense que c’est celle qui me convenait le mieux », a déclaré Mohorič après l’arrivée.

« Malheureusement, nous n’avions pas la puissance de feu nécessaire pour contrôler la course, mais d’autres équipes croyaient également au succès, elles ont donc gardé le contrôle du peloton et en finale, les gars ont fait un travail parfait pour me livrer. C’était vraiment un effort d’équipe et je dois les remercier pour cela et pour leur confiance.

« Au final, j’ai juste fait une descente très vite mais en essayant de ne pas risquer une chute et cela a suffi pour faire la différence et aller jusqu’à l’arrivée. Je suis donc vraiment heureux et fier. »

Arrivée sprint ou descente casse-cou ?

Avant le départ de la deuxième étape de la Volta a la Comunitat Valenciana, une grande partie des discussions au sein du peloton et des commentaires a été consacrée à l’arrivée imprévisible de la course. D’une longueur de 162,7 km, l’étape 2 comprendrait trois ascensions catégorisées, dont la dernière se terminerait à 10 km jusqu’à la ligne d’arrivée.

Après avoir sprinté pour la cinquième place derrière l’échappée lors de la 1ère étape, la nouvelle recrue de Lidl-Trek, Jonathan Milan, était confiant de faire faillite lors d’un sprint massif – « Je suis positif pour aujourd’hui, nous ferons de notre mieux, c’est sûr », a-t-il déclaré. Eurosport – mais Milan et Arne Marit d’Intermarché-Wanty n’avaient qu’un seul homme en tête.

« La dernière descente est très délicate. Je suis sûr que (Matej) Mohorič va essayer quelque chose ici », prédisait Marit, Milan partageant son instinct.

« Matej va sûrement essayer quelque chose. »

Effectivement, Mohorič a confirmé son ambition d’attaquer dans la descente lors de son entretien d’avant-course avec Eurosport, soulignant qu’il avait déjà effectué une reconnaissance de l’arrivée à La Valldigna lors d’un camp d’entraînement en janvier. Mais avant de s’inquiéter des 10 derniers kilomètres, le peloton devait d’abord décider qui laisserait entrer l’échappée du jour.

Une échappée de sept coureurs espagnols et belges

Il ne faudra pas longtemps pour que la grande échappée du jour se forme, avec un groupe de sept personnes s’élançant en tête après seulement 5 km de course. Chose remarquable, les sept coureurs étaient soit espagnols, soit belges, le premier étant Gorka Sorarrain en tête des débats en tant que détenteur du maillot KoM.

Le coureur de Caja Rural-Seguros RGA était rejoint par ses compatriotes Txomin Juaristi (Euskaltel-Euskadi), Eugenio Sánchez (Equipo Kern Pharma), José Maria García (Illes Balears Arabay Cycling) et Sinuhé Fernández (Burgos – BH). Le contingent belge, quant à lui, était composé du duo Bingoal-WB Sébastien Van Poppel et Johan Meens.

Leur avance n’a jamais dépassé trois minutes et oscillait régulièrement juste en dessous de la barre des deux minutes, le peloton ayant décidé de garder le mouvement en laisse courte. Van Poppel a connu la journée la plus difficile devant, après avoir été heurté par plusieurs problèmes mécaniques qui l’ont obligé à poursuivre à différents moments.

Cependant, la pause était totale pour le premier sprint KoM de la journée au sommet de l’Alto de Benigánim (2,9 km à 5,2 %), qui a vu Meens mener Juaristi et Sorarrain à travers la ligne, avant que ce dernier ne remporte le maximum de points dans la deuxième montée pour conserver son emprise. du maillot avant l’étape 3.

Avec son avance au KoM assurée pour un autre jour, Sorarrain a pris congé de l’échappée et est revenu dans le peloton, tandis que Van Poppel a admis sa défaite dans sa bataille frustrante contre des problèmes mécaniques.

L’écart entre le peloton et l’échappée désormais composée de cinq hommes s’élevait à seulement un peu plus d’une minute avec 50 km à parcourir, chutant à plus de 30 secondes à peine 10 km plus tard sous la vapeur de Lidl-Trek en tête du peloton.

Même si une grande partie du peloton profitait d’un après-midi détendu, il y a eu un moment de stress pour Jayco AlUla, dont le chef d’équipe Eddie Dunbar a été impliqué dans une chute.

Pas de bâtons d’attaque sur l’Alto Pla de Corrals

Avec l’échappée bien en main en vue de la montée finale de catégorie 3, le peloton avait un air de tension devant Alto Pla de Corrals (5 km à 3,9 %). Devant, l’attaque de Juaristi à 18 kilomètres de l’arrivée a suffi à éliminer Sánchez, le pilote de 28 ans profitant de sa 300ème journée de course sous les couleurs d’Euskaltel-Euskadi.

Malgré tous les efforts de Juaristi, l’échappée a été complètement rattrapée avant un virage serré à gauche qui était prévu à 16 km de l’arrivée. Lidl-Trek a réquisitionné l’avant du peloton, déterminé à organiser un sprint pour Milan, mais Mohorič n’a jamais été loin de l’avant.

Jan Christen, de l’UAE Team Emirates, a été le premier coureur à lancer une attaque, mais Bahrain Victorious a rapidement mis fin à son mouvement et a maintenu la mainmise sur l’avant du peloton.

Felix Großschartner (UAE Team Emirates) et Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe) ont tous deux montré leur visage en tête, mais c’est Santiago Buitrago de Bahrain Victorious qui a réussi à décrocher le bonus de trois secondes au sommet de la montée finale.

Jayco AlUla a été le premier à s’élancer dans la descente via Welay Hagos Berhe, mais encore une fois, Mohorič était toujours proche de l’avant et finalement, un groupe de dix hommes est passé à plus de 30 coureurs. Le leader de la course, Alessandro Tonelli (Groupe VF – Bardiani – CSF – Faizanè), est resté.

Enfin, un mouvement puissant de Mohorič s’est dégagé à 6 km de l’arrivée. Après quelques attaques approfondies, son attaque définitive était aussi époustouflante que d’habitude, épousant les virages et sortant des virages avec une souplesse inégalée.

Au départ de l’étape, tous les coureurs désignaient Mohorič et savaient exactement ce qui allait se passer. Mais ils ne pouvaient toujours rien y faire, alors que le groupe derrière se démenait pour comprendre ses plans. Leurs projets, cependant, ne se sont pas concrétisés. Mohorič était inarrêtable.

A lire également