Tirreno-Adriatico étape 2 : Jasper Philipsen dépasse Tim Merlier pour remporter la victoire au sprint

Tirreno-Adriatico étape 2 : Jasper Philipsen dépasse Tim Merlier pour remporter la victoire au sprint

Alpecin-Deceuninck a profité d'une finale chaotique de la 2e étape de Tirreno-Adriatico, le sprinter Jasper Philipsen s'imposant devant Tim Merlier (Soudal Quick-Step).

L'homme de Soudal Quick-Step avait ouvert son accélération tôt, ce qui a permis à Philipsen d'en profiter et de sortir d'un sillage pratique pour décrocher sa première victoire de la saison.

Battu par Philipsen, Merlier s'est d'abord redressé et a accepté son sort, mais il a rapidement été contraint de descendre de selle pour défendre sa deuxième place.

Derrière Philipsen et Merlier, Biniam Girmay (Intermarché-Wanty) décroche la troisième place du jour.

L'étape s'était déroulée plutôt sans incident avant l'arrivée du sprint, avec une échappée de quatre hommes en tête de route composée de coureurs des UCI ProTeams et le dernier survivant confortablement rattrapé à 36,5 km de l'arrivée.

« Comme toujours, la finale a été très mouvementée et je suis heureux que nous ayons pu nous frayer un chemin jusqu'à l'arrivée et avoir pu faire mon sprint pour gagner », a déclaré Philipsen après l'arrivée.

« J'ai senti (Merlier) arriver dans le dernier virage et je savais qu'il devait y aller, alors j'ai essayé de prendre son volant. J'ai eu quelques problèmes de changement de vitesse donc j'étais content de pouvoir retrouver le bon rapport et j'ai lancé mon sprint au bon moment. »

Journée tranquille en selle pour le peloton

Mardi devait être la troisième plus longue journée en selle pour le peloton à Tirreno-Adriatico, totalisant 199,2 km entre Camaiore et Follonica, mais ce serait loin d'être la plus difficile. Après une première étape qui a vu Juan Ayuso prendre la tête de la course et Visma-Lease a Bike voler la vedette avec leurs nouveaux casques Giro, l'étape 2 devait être pour l'essentiel une affaire plus calme.

De mauvaises nouvelles attendaient la Q36.5 Pro Cycling avant la chute du drapeau, Filippo Conca étant exclu de la course en raison de la fièvre. Son départ a été la seule absence subie par le peloton avant qu'un quatuor de coureurs n'attaque à peine 6 km après le début de la journée.

Satisfait de la disposition de l'échappée, le peloton a permis à Filippo Magli (VF Group-Bardiani CSF-Faizanè), Davide Bais (Polti Kometa), Jan Stöckli et Lorenzo Quartucci (tous deux Corratec-Vini Fantini) de prendre la tête avec un maximum avantage d'un peu plus de cinq minutes.

L'écart de temps avec l'échappée a lentement commencé à diminuer dans les 130 derniers kilomètres alors que Soudal Quick-Step commençait à tirer sur l'avant du peloton, rejoint plus tard par les rangs d'Alpecin-Deceuninck. Compte tenu des similitudes entre leurs kits, cela donnait un spectacle assez humoristique alors qu'ils travaillaient côte à côte comme s'ils formaient une seule équipe de 14 hommes.

Sur la seule ascension de la journée, la Castellina Marittima (11,8 km à 3 %), Bais et Magli ont tous deux attaqué, le premier prenant le maximum de cinq points KOM au sommet. Cette décision a assuré à Bais le maillot du KOM avant l'étape de mercredi, mais c'est Stockli qui tiendra le plus longtemps en tête de la course.

Le Suisse a attaqué dès le sprint intermédiaire et s'est aventuré seul sur un peu plus de 35 km avant d'être rattrapé par le peloton, désireux de passer à la vitesse supérieure alors que l'étape entamait ses 30 derniers kilomètres.

Arrivée au sprint à Follonica

L'arrivée de l'étape 2 consistait en un circuit autour de Follonica que le peloton franchirait une fois et demie, le premier et l'avant-dernier passage par la ligne d'arrivée se situant à 18,2 km de la fin de l'étape. À ce stade, le peloton semblait nerveux et la tension s’est vite révélée palpable.

Une petite chute est survenue à Alexander Kamp (Tudor Pro Cycling) et Michael Vink (UAE Team Emirates), quelques instants avant que Mark Cavendish ne subisse une crevaison arrière. Ce n'était pas un arrêt heureux pour le Manxman, dont le responsable des performances d'Astana Qazaqstan, Vasilis Anastopoulos, ne pouvait que regarder, impuissant, alors qu'un mécanicien de l'équipe luttait pour remplacer la roue.

Au total, le changement arrière a pris 30 secondes à partir du moment où Cavendish s'est arrêté sur le bord de la route, confiant au joueur de 38 ans une tâche importante pour reprendre contact avec un peloton enragé qui était désormais mené furieusement par les coureurs de dsm. -firmenich PostNL.

Se frayant un chemin seul jusqu'à ce que Cees Bol recule à 10,5 km de l'arrivée, l'écart avec Cavendish est passé à près d'une minute et ses espoirs de se battre pour la victoire d'étape se sont envolés. Toute l'attention s'est désormais tournée vers Lidl-Trek, Israel-Premier Tech et Visma-Lease a Bike, qui se disputaient la position en tête du peloton.

Le désastre a frappé Israël-Premier Tech avec 4,8 km à parcourir, car un accident inoffensif a vu Chris Froome heurter le sol de manière lourde. Le grimpeur britannique avait l'air en mauvais état, tandis que Robert Gesink (Visma-Lease a Bike) et Simone Velasco (Astana Qazaqstan) retrouvaient leurs pieds assez rapidement.

Ce fut un sprint très compliqué à la fin alors qu'un méli-mélo de couleurs a envahi l'avant du peloton dans le dernier virage à droite avec 350 m à parcourir. Mais la victoire ne faisait aucun doute une fois que Jasper Philipsen d'Alpecin-Deceuninck s'est montré. Sa victoire était dominante.

Alors que Merlier lançait son accélération dans le dernier virage, son rival belge Philipsen prenait le volant et une fois que les jambes de Merlier lâchaient dans les 300 derniers mètres, Philipsen était là pour s'emparer du butin.

« Juste avant le dernier virage, j'ai fait tapis et j'ai essayé de loin, mais je n'étais pas à l'intérieur du virage donc j'ai perdu un peu de vitesse et il restait encore 300 mètres à parcourir, donc un peu trop tôt », a déclaré Merlier à Eurosport après l'arrivée.

Pour toutes les informations importantes sur le Tirreno-Adriatico 2024, n'oubliez pas de consulter notre hub de course dédié.

A lire également