SD Worx qualifie de "ridicule" la pénalité de 20 secondes infligée par Vollering au Tour de France Femmes

SD Worx qualifie de « ridicule » la pénalité de 20 secondes infligée par Vollering au Tour de France Femmes

Danny Stam a critiqué le jury de course de l’UCI pour avoir infligé à Demi Vollering une pénalité de 20 secondes pour être revenu dans la caravane après une crevaison lors de l’étape 5 du Tour de France Femmes.

Stam conduisait la voiture de l’équipe SD Worx derrière laquelle Vollering était en train de dessiner et a également été condamné à une amende de 200 CHF. A l’arrivée à Albi, il dépose une réclamation officielle pour tenter de renverser la décision du jury de course de pénaliser Vollering sans succès, et la décision reste sans appel.

« Oui, nous avons obtenu une pénalité, et nous avons fait la protestation officielle, mais ils ne l’ont pas acceptée, et nous devons partir avec [a penalty] de 20 secondes », a confirmé Stam près de deux heures après la course.

« C’est totalement ridicule. Si quelqu’un creve et que vous le ramenez à la caravane, et que vous dépassez quelques voitures, puis que vous allez sur le côté, que vous êtes puni pendant 20 secondes, c’est ridicule », a déclaré Stam.

Stams a déclaré qu’il craignait que la pénalité de 20 secondes ne coûte à SD Worx et Vollering la victoire du Tour de France Femmes à Pau dimanche.

« Je pense aussi, l’UCI, nous savons qu’ils ont toujours raison, mais ils doivent aussi se regarder dans le miroir et réfléchir un peu à ce qui se passe dans la course, et je ne pense pas que quelque chose comme ça fasse une différence dans la finale d’une étape, mais on peut perdre le Tour de France en cinq secondes », a déclaré Stam.

« Si la décision est prise par quelqu’un qui est assis dans la voiture, qui n’a probablement jamais été sur la moto, alors je suis déçu par ce genre de chose. »

Le jury de course a pris sa décision de pénaliser Vollering conformément à l’article 12.2.007/4.7, comme indiqué dans le communiqué de l’étape 5.

« L’UCI a dit que c’était toléré normalement mais pas dans le Tour de France », a déclaré Stam.

Vollering a été victime d’une crevaison de roue arrière à 65 km de l’arrivée sur les routes d’Albi. Son mécanicien d’équipe l’a entretenue, puis elle a sauté dans le sillage de la voiture SD Worx, conduite par Stam, pendant au moins une minute alors qu’elle revenait vers le peloton.

Une fois qu’elle a renoué avec l’arrière de la caravane, Stam a continué à rouler sur le côté gauche de la route, dépassant les autres véhicules de l’équipe avec Vollering derrière la voiture de l’équipe.

Un commissaire de course à moto a sifflé plusieurs fois pour dissuader Vollering et Stam de continuer. Lorsque le commissaire a rattrapé la voiture de l’équipe, ils ont pointé le Stam et ont fait signe qu’ils seraient signalés au jury de course.

« J’ai croisé quelques voitures dans la caravane, et ils l’ont trouvé trop. [The commissaire] n’a pas dit grand-chose parce que la fenêtre est restée fermée », a déclaré Stam à propos de l’échange entre lui et le commissaire, suggérant qu’ils auraient dû recevoir un avertissement d’abord mais pas une pénalité.

« Il a dit que je devais aller derrière mon pilote, et si vous regardez la télévision, je l’ai fait directement. C’est aussi étrange que nous n’ayons pas reçu d’avertissement, et ils n’ont pas dit que vous deviez aller derrière votre coureur mais nous a directement punis avec 20 secondes.

« C’est trop pour quelque chose comme ça, et cela peut avoir une grande influence sur la finale du Tour de France. Si nous avons des décisions comme celle-ci au plus haut niveau sportif pour quelque chose de petit, nous devons voir si nous sommes dans le bon chemin. »

Vollering est entrée dans le Tour de France Femmes comme l’une des deux grandes favorites, aux côtés de la championne en titre Annemiek van Vleuten. Elle a gagné huit secondes sur Van Vleuten lors de l’étape 4 à Rodez. Cependant, avec la pénalité pour repêchage, elle a perdu cinq places – de la deuxième à la septième – et compte désormais 12 secondes de retard sur Van Vleuten.

« C’est une punition ridicule qui, à ses yeux et à nos yeux, n’est pas juste. Si vous regardez le Tour de France masculin, vous voyez cela se produire quotidiennement. Cela peut être une décision quant au vainqueur du Tour de France.

« J’espère que l’UCI se regardera dans le miroir dimanche et qu’elle aura le bon vainqueur, et si c’était de manière équitable. »

Le Tour de France Femmes se poursuit vendredi avec l’étape 6 d’Albi à Blagnac. L’étape 7 de la décision du GC franchira le col d’Aspin et se terminera au sommet du Tourmalet. La course de huit jours se terminera par un contre-la-montre à Pau. Stam n’est pas convaincu qu’il y aura des écarts de temps suffisants entre Vollering et Van Vleuten sur le Tourmalet et que cette pénalité de 20 secondes pourrait devenir un problème dans les phases finales.

« Les écarts peuvent être grands sur le Tourmalet, mais ils peuvent aussi ne pas être si grands. Encore une fois, je pense que si vous perdez le Tour de France en cinq secondes, alors j’espère que toutes les personnes qui prennent des décisions devraient se regarder dans le miroir, « , a déclaré Stam.

A lire également