Le Tour de Pologne offre aux concurrents de la Vuelta a España leur premier essai majeur - Aperçu

Le Tour de Pologne offre aux concurrents de la Vuelta a España leur premier essai majeur – Aperçu

La poussière du Tour de France est à peine retombée que la préparation de la Vuelta a España a commencé. Et le Tour de Pologne de cette année donnera, comme toujours, à certains des meilleurs prétendants à l’Espagne une chance de parcourir leurs échelles de course par étapes avant de se rendre à Barcelone le 26 août, en plus d’être un prix convoité à gagner lui-même.

Géraint Thomas (Ineos Grenadiers) et João Almeida (UAE Team Emirates) ont respectivement terminé deuxième et troisième au classement général du Giro d’Italia en mai. Ils devraient être de retour sur la grille de départ du Grand Tour en Espagne dans un mois et sont sans doute les deux noms les plus établis cherchant à tester leur forme dans la course d’une semaine.

À l’autre extrémité du spectre, la Pologne est également connue comme un terrain d’essai pour les étoiles montantes, avec le vainqueur de l’an dernier Ethan Hayter (Ineos Grenadiers), 24 ans, et vice-champion Thymen Arensman, 23, les deux cas d’espèce. Courant désormais aux côtés de Hayter dans Ineos Grenadiers, Arensman sera de retour en Pologne cette année, et après avoir remporté le contre-la-montre vallonné de l’année dernière, le test plus plat contre la montre de cette année sur l’étape 6 à Katowice sera probablement un autre objectif pour la star néerlandaise.

Pour les supporters locaux, la Pologne Michal Kwiatkowski (Ineos Grenadiers) et Rafal Majka (UAE Team Emirates), tous deux anciens vainqueurs absolus de leur course à domicile, seront les principales attractions locales. Un grimpeur comme Majka peut sans doute trouver le contre-la-montre de jeudi prochain un défi trop difficile pour une offre globale, mais Kwiatkowski, en supposant qu’il s’est bien remis du Tour de France, pourrait être dans la course pour une deuxième victoire au GC.

L’intérêt sera également grand pour la façon dont le vainqueur d’étape du Giro d’Italia et le talentueux polyvalent américain Brandon McNulty tarifs sur le mélange captivant de la Pologne d’arrivées en montée raide, d’étapes de sprint de groupe plat et de pays vallonné. Ce terrain très variable pourrait également convenir à des coureurs polyvalents comme le récent vainqueur d’étape du Tour de France Matej Mohoric (Bahrain Victorious), joueur polyvalent allemand Lennard Kamna (Bora-Hansgrohe), ancien vainqueur d’étape de Pologne et leader Sergio Higuita (Bora-Hansgrohe) et un autre ancien vainqueur de Pologne, Tim Wellen (UAE Team Emirates), enfin de retour en course après une longue blessure.

Le peloton des sprinteurs, également dans le Tour de Pologne de cette année, est typiquement profond. l’Irlande Sam Benett (Bora-Hansgrohe), déjà vainqueur en juillet en Europe centrale du Sibiu Tour, cherchera ici à s’imposer, tandis que Jonathan Milan (Bahrain Victorious), qui a triomphé dès le début du Giro d’Italia en mai, est un autre challenger possible.

Ancien Champion National de Belgique Tim Merlier (Soudal-QuickStep) a connu une première moitié de saison phénoménale et aura à cœur de faire exploser sa deuxième partie de l’année ici. Gerben Thijssen (Intermarché-Cirque-Wanty) et Fernando Gaviria (Movistar) ne sont pas étrangers au succès sur les routes polonaises et au speedster allemand Pascal Ackerman (UAE Team Emirates) a souvent trouvé que la Pologne était aussi un terrain favorable. Un autre grand nom à surveiller est le jeune pistolet néerlandais Olav Kooïj (Jumbo-Visma), qui ayant remporté sa première victoire WorldTour ici en 2022, n’aurait aucune objection à en revendiquer une autre en août.

Ayant raté l’événement principal de juillet, la star de l’échappée belge Thomas de Gendt (Lotto-Dstny) utilise en partie la Pologne comme une autre étape vers son premier Grand Tour de 2023 en Espagne, tandis qu’une grande partie de la formation Soudal-QuickStep qui a couru le Giro et qui pourrait peut-être soutenir Remco Evenepoel en Espagne en moins d’un l’heure du mois sera également présente en Pologne.

Bataille GC rapide et furieuse

La rareté des chaînes de haute montagne dans une grande partie de la Pologne signifie que la bataille du GC en Pologne se déroulera sur son mélange habituel de terrain ultra-plat et une sélection d’étapes vallonnées, ainsi qu’un court contre-la-montre. Des bonus de 10, 6 et 4 secondes aux arrivées, et de 3, 2 et 1 secondes pour les sprints intermédiaires, viennent pimenter ce qui est déjà une bataille très serrée.

Le parcours plat de l’étape 1 dans la ville historique de Poznan, au cœur de l’ouest de la Pologne, semble plus que prêt pour les sprinteurs, mais l’arrivée au sommet de l’étape 2 sur la montée Orlinek à Karpacz devrait voir émerger un premier candidat clair au GC. Visité chaque année de 1999 à 2007 par la Pologne, et graphiquement surnommé « le Mur des Lamentations » par les coureurs locaux en raison de sa difficulté, l’Orlinek ne décidera peut-être pas du vainqueur de la Pologne, mais il éliminera certainement ceux qui ne sont pas en lice.

L’arrivée en montée beaucoup plus courte et percutante de l’étape 3 à Duszniki-Zdroj pourrait être un autre point d’éclair pour le GC, et le circuit final bien connu et exigeant de Bielsko-Biala lors de l’étape 5, tout en se terminant par un sprint de groupe réduit, peut produire des surprises intéressantes. . Il y a quelques années, une victoire de Richard Carapaz devant des coureurs généralement plus rapides dans les arrivées en montée que l’Équatorien en était un exemple.

Cependant, la véritable confrontation aura probablement lieu sur le TT de 16 kilomètres de l’étape 6 dans la ville industrielle de Katowice, avant la finale habituelle du sprint du groupe sur l’étape 7 dans l’ancienne capitale de la Pologne, Cracovie.

Avec de nombreux coureurs de retour en Pologne après une longue pause estivale, il reste à voir qui pourrait viser le TT, et dans ce cadre, le général. Champion du monde du contre-la-montre Tobias Foss (Jumbo-Visma) est un candidat évident, mais des coureurs comme Almeida, Thomas mais Arensman, Stefan Bissegger (EF Education-EasyPost) et Matteo Sobrero (Jayco-AIUIa) pourrait bien compter.

Le GC de la Pologne est le prix immédiat évident, mais après la performance crunch d’un certain Danois dans le Tour de France et un gros TT dans la Vuelta a España à Valladolid, l’occasion pour les candidats au GC à destination de l’Espagne de tester leur forme contre la montre en Pologne est trop beau pour perdre aussi. Et si cela les place en pole position pour remporter le plus grand événement WorldTour d’Europe centrale, tant mieux.

A lire également