Quand les projets se concrétisent : Ben O'Connor décroche le jackpot lors de la tournée des Émirats arabes unis

Quand les projets se concrétisent : Ben O’Connor décroche le jackpot lors de la tournée des Émirats arabes unis

En enlevant sa combinaison détrempée et en passant une serviette sur le haut de son corps mardi après-midi, Ben O’Connor a fait une silhouette pensive à la fin du contre-la-montre de l’UAE Tour. La 11ème place de l’étape 2 n’était pas à dédaigner sur un parcours qui ne lui convenait pas, mais le grimpeur Decathlon AG2R La Mondiale n’était pas entièrement satisfait de ses efforts.

Presque immédiatement pour l’Australien, l’attention s’est tournée vers l’étape 3 et la possibilité de se rattraper sur l’étape de montagne de Jebel Jais. L’UAE Team Emirates a peut-être balayé le podium mardi – avec Brandon McNulty se vantant de la victoire d’étape et de la tête du classement général de la course – mais mercredi donnerait à O’Connor et à ses coéquipiers une chance immédiate de riposter.

« Il n’y aura jamais de grandes divisions, je ne pense pas, mais je ne l’ai jamais fait. Je suppose que les Émirats arabes unis ayant tellement de gars là-bas maintenant, c’est à eux de contrôler la situation et à nous d’essayer d’en prendre. il y a du temps. »

Des paroles plus prophétiques n’auraient pas pu être prononcées lorsque le joueur de 28 ans s’est retourné pour enfiler son t-shirt issu de l’équipe. Un transfert de plus de 200 km en 12 places a suivi pour l’équipe Decathlon AG2R La Mondiale, mais sur les hauteurs du Jebel Jais, ce n’est qu’une paire de maillots bleu et blanc qui est venue définir l’étape 3.

La défense des Émirats arabes unis incite O’Connor à agir

Comme il fallait s’y attendre avec la clôture de l’étape 2 de l’UAE Team Emirates avec McNulty, Jay Vine et Mikkel Bjerg respectivement premier, deuxième et troisième du classement général, le plan d’action de l’étape 3 était celui de la défense de l’équipe italienne.

Les échelons ont menacé de définir la journée tôt mercredi, mais une fois que le peloton s’est approché de Jebel Jais, McNulty et son groupe de grimpeurs volontaires ont cherché à établir un rythme suffocant dans le but de dissuader les attaques de leurs rivaux.

« Je pense donc que c’était bien de défendre de la part de l’équipe, ils ont juste gardé leur calme et m’ont fait confiance. »

Malheureusement pour Bjerg et ses dirigeants, tous les plans d’agression n’ont pas été découragés. Alors qu’Einer Rubio (Movistar), vainqueur de cette étape l’an dernier, et Jan Hirt (Soudal Quick-Step), vice-champion du récent Tour d’Oman, ont tous deux tiré trop tôt, O’Connor et ses coéquipiers ont élaboré un plan au pied de la montée qui allait briser l’emprise de l’UAE Team Emirates.

Effondré sur son guidon, le rôle surprenant de Paret-Peintre dans le moment décisif de la journée a rapidement attiré une petite foule de médias aux côtés du Français. Quelques minutes plus tôt, le joueur de 23 ans avait lancé une attaque dévastatrice à moins de 1 300 m de l’arrivée qui avait vu tous les coureurs mais O’Connor était tombé de sa roue.

Saisissant l’opportunité de porter un coup dur à UAE Team Emirates, l’Australien s’est frayé un chemin vers la victoire au sommet de Jebel Jais, franchissant la ligne d’arrivée avec une poignée de secondes d’avance sur un groupe mené à domicile par Vine et Lennert Van Eetvelt (Lotto Dstny). ).

Toujours visiblement choqué par l’embuscade tardive du duo, Paret-Peintre a détaillé le moment gagnant qu’O’Connor a orchestré derrière le rythme punitif de Bjerg.

« Sur le dernier kilomètre, Ben dit ‘tu peux y aller maintenant’ et j’y vais lentement et il dit ‘non, plein !’ Ensuite, je suis à fond et je n’ai pas de mots, je pense que c’est l’une de mes (plus) belles journées à vélo », a-t-il déclaré avec un grand sourire au désormais petit groupe de journalistes. À chaque commentaire, l’exaltation ressentie par Paret-Peintre se reflétait plus clairement dans son expression, ce qui n’a pas surpris le vainqueur de l’étape, O’Connor.

« Je pense que nous ferons le Giro (d’Italia) ensemble, donc c’est bien de construire une relation avec un gars comme ça, qui a beaucoup de capacités et de potentiel. Ce n’est qu’un petit homme, mais il a un cœur immense et il est fort. Donc je ne pourrais pas être plus heureux pour lui.

« Jebel Hafeet me conviendra bien plus qu’aujourd’hui »

Quant à l’avenir immédiat, les yeux de Paret-Peintre et O’Connor sont clairement tournés vers l’utilisation de l’étape 3 comme plate-forme pour plus de succès, tout comme ils l’ont fait pour l’étape 2.

Bien que l’Australien ait remporté une victoire mémorable mercredi après-midi, jeudi, vendredi et samedi verront l’équipe française WorldTeam cibler les sprints grâce à Sam Bennett, avant qu’O’Connor ne cherche à combler un déficit de 11 secondes avec le nouveau leader de la course, Vine, dimanche.

« Je suis ici pour gagner des courses, je ne veux pas être un gars du GC qui ne gagne pas. C’était bien de faire preuve d’un peu de prudence et de remporter une autre victoire », a déclaré O’Connor lors de la conférence de presse. conférence de presse du jour, faisant référence à son succès en début de saison sur la Vuelta de Murcia.

Assis derrière le micro quelques instants avant que Vine ne fasse des commentaires sur la scène, O’Connor a lancé un appel d’avertissement à ses rivaux en vue de l’arrivée au sommet de la dernière journée sur Jebel Hafeet.

« Cela me conviendra bien plus que l’ascension d’aujourd’hui… J’ai bon espoir. »

Pour toutes les informations importantes sur l’UAE Tour 2024, n’oubliez pas de consulter notre hub de course dédié pour notre aperçu complet, la liste de départ de la course et bien plus encore.

A lire également