La championne du monde Lotte Kopecky vise haut en 2024 avec Paris-Roubaix, des objectifs olympiques

La championne du monde Lotte Kopecky vise haut en 2024 avec Paris-Roubaix, des objectifs olympiques

La saison 2023 de Lotte Kopecky n’aurait pas pu se dérouler mieux : elle a commencé par une victoire à l’Omloop Het Nieuwsblad suivie d’une deuxième victoire sur le Tour des Flandres avant un podium au classement général du Tour de France Femmes et a culminé avec trois titres mondiaux la même semaine à l’UCI. Championnats du monde à Glasgow.

S’adressant à la presse avant la saison 2024, Kopecky se montre pragmatique quant à la probabilité de répéter ses succès précédents : « Je pense que c’était une saison incroyable et je pense que pour moi, la chose la plus importante que je dois emporter avec moi la saison prochaine est rester calme et ne pas commencer à espérer que chaque course sera la même que l’année dernière parce que ce ne sera pas le cas », dit-elle.

Son objectif, dit-elle, est de prendre plaisir à courir sous le maillot arc-en-ciel et de « choisir mes moments pour me mettre en forme et peut-être choisir un peu plus les courses dans lesquelles je veux être bonne ».

La joueuse de 28 ans débutera sa saison lors de la deuxième édition de l’UAE Tour Women dans deux semaines avant de se concentrer sur une campagne ciblée de Classiques qui vise un sommet de Flandre-Roubaix.

« L’année dernière, j’ai réussi à atteindre un niveau très élevé tout au long du printemps, mais maintenant je [will] essayez peut-être d’atteindre un pic un peu plus tard, davantage pendant la période de [Tour of Flanders], Paris Roubaix, Amstel, Liège », explique-t-elle. « Car si vous êtes déjà au sommet de votre forme à Omloop, alors c’est difficile de garder cette forme pendant deux mois. Alors oui, j’ai pris les choses un peu plus facilement cet hiver, pour être au meilleur de ma forme début avril et essayer de la maintenir tout le mois. »

Une victoire à Paris Roubaix est l’objectif, la Classique pavée ayant jusqu’à présent échappé au coureur belge. La dynamique sans précédent de l’édition 2023 ainsi que la malchance sous forme de chutes lui ont fait manquer l’édition 2023.

« On ne peut pas vraiment prédire ces courses à l’avance », réfléchit-elle. « C’est vraiment comme ça que se déroule la journée. L’année dernière a été vraiment spéciale pour le cyclisme féminin, je pense que nous avons eu une pause d’environ 17 coureuses, plus ou moins. C’est quelque chose que nous ne voyons pas souvent. Bien sûr pas dans une course classique. Alors oui , nous devons juste être préparés à tous les scénarios. »

Même si l’Enfer du Nord est clairement une cible pour la Belge, elle hésite à se mettre la pression pour la Classique d’un jour :

« C’est une course que j’aime vraiment beaucoup. Je veux dire, il y a de la bagarre dans chaque section pavée. C’est aussi… ton poids n’a pas d’importance du tout. Je veux dire, pas comme les autres courses. C’est aussi le genre d’efforts que j’aime beaucoup et c’est juste une course héroïque. C’est une course très cool et j’espère juste pouvoir la gagner un jour. Mais je réalise aussi que c’est vraiment difficile à dire ou dangereux de dire que je veux gagner Paris Roubaix ou mettre toutes mes cartes sur cette course. parce que la course peut être terminée avant même de s’en rendre compte », dit-elle.

« C’est pour ça que je dis plus que le mois d’avril est pour moi le plus important parce qu’après tu sais, je veux dire, si tu es bon au Tour des Flandres alors tu es aussi bon à Paris Roubaix et tu es aussi bon à Amstel.  » C’est donc plutôt une période que j’essaie de cibler et pas seulement cette course, même si ce serait bien si je pouvais gagner cette course. Mais nous verrons. C’est une course spéciale, c’est une belle course et je essayez d’y aller sans trop de pression. Et je pense que c’est toujours ce qui fonctionne le mieux pour moi.

La championne du monde hésite également à concrétiser ses projets pour la saison post-Classiques alors qu’elle se prépare aux Jeux Olympiques de Paris où elle concourra à la fois dans les épreuves sur route et sur piste. Alors que le Tour de France Femmes avec Zwift suit de près les Jeux olympiques, Kopecky affirme qu’elle ne sait toujours pas si elle parviendra à prendre le départ à Rotterdam en août.

« Je me concentre d’abord sur les Classiques parce qu’elles sont également très importantes pour moi. J’espère juste pouvoir faire une bonne saison de Classiques et avancer avec de bonnes vibrations vers cette préparation aux Jeux Olympiques. Et puis je pense qu’avec la combinaison de Sur piste et sur route, j’ai déjà prouvé que c’était quelque chose que je pouvais faire, et cela n’affecte pas vraiment les courses sur piste ou sur route pour moi », dit-elle.

« Je vais donc terminer la saison des classiques à Liège et après ça, je ferai vraiment un programme très détaillé en vue des Jeux Olympiques. Et aussi le Tour de France est juste après. C’est aussi quelque chose dont nous discuterons plus tard si je le fais. » le Tour de France ou pas. »

« C’est quelque chose que je veux vraiment commencer à planifier ou à organiser complètement après les Classiques. Nous aurons alors une vision complète de comment je suis à ce moment-là. Je pense qu’il est préférable pour moi de le planifier assez tard. »

Pour l’instant, cependant, elle a déjà hâte de lancer sa campagne 2024 : « Je suis en fait heureuse de pouvoir débuter sur l’UAE Tour parce que je veux vraiment commencer à courir », dit-elle.

A lire également