Eddie Dunbar vise plus de progrès sur le Grand Tour à Vuelta a España

Eddie Dunbar vise plus de progrès sur le Grand Tour à Vuelta a España

Rincer et répéter. Après des débuts très prometteurs en Grand Tour GC lors du Giro d’Italia en mai dernier, Eddie Dunbar n’a pas perdu de temps à attendre une deuxième fissure au même but et il se dirige vers la Vuelta a España en août avec un objectif identique.

Le coureur Jayco-AIuIa et son équipe ont appliqué des ajustements importants à la préparation du Grand Tour de l’Irlandais au cours des derniers mois, y compris son premier passage dans un camp d’entraînement en altitude « réel » – par rapport à dormir dans une tente d’altitude – et à tester différents vélos pour les montées.

Comme l’a dit le joueur de 26 ans à Cyclingnews lors du Tour de Pologne, il aborde son deuxième Grand Tour de 2023 avec un sentiment optimiste quant à ses chances, sa confiance renforcée à la fois par sa 7e place au Giro en mai et sa solide préparation pour la course équivalente en Espagne.

Tout ne s’est pas déroulé idéalement pour Dunbar en Pologne. Il s’est écrasé à l’étape 5, s’est blessé à l’épaule et il a d’autres tests à effectuer lundi par précaution. Mais malgré une position erratique dans le Pologne TT à la suite de la blessure – « J’étais partout », comme il l’a dit franchement – Dunbar se rendra à Cracovie lors de la dernière étape de ce soir à la 7e place du GC, et bien parti pour la Vuelta dans un peu plus de trois semaines.

« J’ai fait un bon bloc d’entraînement après le Giro, j’ai fait une petite pause, mais j’ai bien progressé », a déclaré Dunbar à Cyclingnews au Tour de Pologne.

« Je suis retourné en Irlande pendant deux semaines puis je suis allé en altitude pendant trois semaines. C’était la première fois que j’allais en altitude pour faire un vrai relais là-bas, donc ce sera intéressant de voir comment ça se passe.

Des accidents et une épaule douloureuse et collée à l’écart – « C’était sur l’étape 5, deux gars sont tombés devant moi et je n’avais nulle part où aller », a-t-il déclaré – la condition sous-jacente de Dunbar est là où il veut que ce soit, compte tenu de ses débuts dans la Vuelta est encore un peu plus loin sur la ligne.

« Je me sens bien, il manque juste un peu de punch et d’accélération sans avoir couru pendant deux mois, mais je pense que je peux être heureux, ça a été jusqu’ici, tout va bien », a-t-il déclaré. « La course a été difficile jusqu’à présent, mais mes jambes vont bien. L’étape 3 a été difficile, nous étions sur les pédales toute la journée, mais le grand objectif est dans quelques semaines, pas ici.

La préparation de Dunbar pour ses débuts sur la Vuelta a été façonnée par son tout premier séjour complet en altitude, en Andorre. Son seul camp précédent en altitude, plutôt que de passer du temps à dormir dans une tente d’altitude, était une période de 10 jours il y a trois ans.

Comme il l’a observé, ce n’était pas assez long pour vraiment produire des avantages. Cette fois-ci, dit-il, il a eu le temps de s’adapter. Rester en Andorre lui a également donné le temps de découvrir la première arrivée au sommet de la Vuelta lors de l’étape 3.

« Je serais stupide de ne pas l’avoir fait », a-t-il déclaré. « Arinsal est raide, huit kilomètres de long et le temps peut être assez chaud, même si c’est aléatoire en Andorre, donc nous verrons. Ce sera une journée intéressante, venant si peu de temps après la [stage 1] TTT alors qui sait ce qui pourrait arriver.

L’adaptation à la chaleur est un autre facteur clé de la Vuelta et offrira probablement un contraste marqué avec les averses constantes et le temps froid du mois de mai sur le Giro. Mais comme l’a dit Dunbar en Pologne : « Après 15 jours sous la pluie dans le Giro, la chaleur ne me dérange définitivement pas, et je la préfère certainement à la pluie. »

L’objectif global de la Vuelta est cependant que Dunbar utilise le Giro comme référence et, espérons-le, fasse monter les choses de quelques crans plus haut. Cependant, il a reconnu que la Vuelta est une bête très différente de la course italienne, et il participera également au Grand Tour d’Espagne pour la première fois de sa carrière.

« C’est un peu plus percutant, un peu plus agressif, je pense. Je dis maintenant que j’aime ça, mais peut-être, » ajouta-t-il avec un sourire, « après trois semaines, je n’en serai plus si sûr.

« Dans tous les cas, ce sera excitant de voir comment se déroulent les trois semaines et de voir à quoi ressemble le changement des Grands Tours du Giro à la Vuelta. Tout ce que je peux faire, contrôler ce que je peux contrôler, m’entraîner et ensuite y aller avec un esprit ouvert.

L’objectif dans les deux cas est le même, mais avec l’expérience et le résultat du Giro sur lesquels s’appuyer en Espagne.

«Je monterai GC aussi haut que possible. Je pense qu’au Giro, j’ai beaucoup appris sur ce qui pouvait arriver, il y avait quelques choses après le Giro sur lesquelles nous avions dit que nous allions travailler et nous l’avons fait », a conclu Dunbar.

« J’ai passé trois bonnes semaines là-bas dans le Giro, et si je peux m’améliorer, cela aura été une année très réussie pour les Grands Tours. »

A lire également