Après avoir traversé une chaleur de 47 degrés en Espagne, De Gendt se tourne vers la Pologne pour préparer la Vuelta

Après avoir traversé une chaleur de 47 degrés en Espagne, De Gendt se tourne vers la Pologne pour préparer la Vuelta

Quoi qu’il arrive d’ici fin octobre, la saison aura été mémorablement différente pour Thomas De Gendt. Sauf surprise, le coureur de Lotto-Dstny n’aura eu qu’un seul Grand Tour, la Vuelta a España, à son programme, avec la course du Tour de France remplacée par un trajet de 10 jours en Espagne depuis la Belgique – avec des températures torrides en route , aussi.

Maintenant de retour dans la course au Tour de Pologne, De Gendt a couru pour la dernière fois un seul Grand Tour en une saison en 2014 quand il a fait le Giro d’Italia – que cette année Lotto-Dstny n’a pas couru. Puis il a choisi de ne pas participer au Tour de France, disant à son équipe qu’il n’était «pas prêt».

Ainsi, en juillet, De Gendt et son compatriote belge Jelle Wallays (Cofidis) se sont lancés dans un trajet de 2 000 kilomètres entre la Belgique et Calpe, que De Gendt dit avoir trouvé plutôt agréable, même si le thermomètre a atteint des niveaux insupportablement élevés en une journée.

« C’était le jour où nous avons quitté Andorre lorsque nous avons terminé quelque part en Catalogne, alors tout à coup nous sommes descendus d’altitude et dans un vent de face sur 20 kilomètres avec des températures de 47 degrés », a déclaré De Gendt. actualités du cyclisme au départ de l’étape 1 de Pologne.

« Les autres jours, il ne faisait que 35 degrés, donc c’était un peu plus frais. Mais ce jour-là avec 47 degrés, c’était horrible.

En dehors de cela, De Gendt a déclaré que la course était bonne, car «vous agissez comme si vous étiez dans une course et que vous roulez pendant de longues périodes. Ensuite, vous êtes à l’hôtel et essayez de trouver de la bonne nourriture, vous devez laver vos vêtements vous-mêmes, donc vous êtes mentalement dans une zone de course. Et vous essayez juste d’obtenir suffisamment de nourriture et de profiter de la balade en cours de route.

« C’était dommage que nous ayons eu des vents contraires tout le temps, mais c’était agréable. Nous nous amusons. »

En accord avec actualités du cyclisme, s’acclimater à une telle chaleur extrême devrait être utile dans la Vuelta a España. Il bat certainement la méthode « maison » d’adaptation à la chaleur de Bradley Wiggins sur la Vuelta en 2011, lorsque le Britannique, qui a terminé la course deuxième au général, s’est préparé en plaçant les rouleaux dans son abri de jardin, puis en mettant quelques radiateurs électriques à plein régime.

« C’est pourquoi je suis resté à Calpe après avoir couru là-bas, et j’y retournerai après cette course pour m’adapter à nouveau à cette chaleur », a déclaré De Gendt à cyclingnews.

En ce qui concerne les pauses lors de sa quatrième participation au Tour de Pologne, De Gendt est prudemment optimiste mais souligne également ses obligations d’équipe.

« S’il y a une chance et que j’ai le droit, c’est certain que j’essaierai, mais nous avons ici quelques gars qui peuvent faire un bon GC », a-t-il indiqué. « Lennert van Eetvelt est un jeune homme mais il essaiera de voir jusqu’où il peut aller dans une course comme celle-ci. »

Van Eetvelt, 22 ans, a déjà brillé en Europe centrale cet été en Roumanie où il a remporté une étape et terminé deuxième au général, « et ce sera bien de voir à quel point il est bon contre les vrais gars du GC. Nous devons donc le soutenir et ensuite nous avons un sprinter qui a besoin de soutien », a déclaré De Gendt.

La première course de De Gendt cet été depuis les championnats nationaux belges fin juin a coïncidé avec le retour en direct de son compatriote, Remco Evenepoel (QuickStep-Soudal), dans le cas du champion du monde de la Clásica San Sebastian. Avant même qu’Evenepoel ne remporte une troisième victoire record, De Gendt a déclaré que si on lui demandait de parier sur un vainqueur de la prochaine Vuelta, ce serait de soutenir le même coureur qui y avait triomphé l’année dernière.

« C’est vraiment trop tôt pour le dire, mais les gars qui seront les mieux préparés seront Geraint Thomas (Ineos Grenadiers), Primož Roglič (Jumbo-Visma), Evenepoel…. Je pense que dans le cas de Jonas Vingaard, peut-être que la fatigue du Tour le rattrapera, ou peut-être pas. Je ne sais pas. »

«Mais si j’ai vraiment du mal à parier, je pense que ce serait sur Evenepoel. Je pense qu’il sera le mieux préparé. Et après les résultats à Saint-Sébastien, de nombreuses personnes suivraient probablement également la préférence de paris de De Gendt pour La Vuelta.

A lire également