"Des minutes, pas des secondes" - Vollering met la controverse derrière elle et porte le maillot jaune à Pau

« Des minutes, pas des secondes » – Vollering met la controverse derrière elle et porte le maillot jaune à Pau

En tant que l’une des grandes favorites du Tour de France Femmes, le travail de Demi Vollering dans les six premières étapes consistait à rester calme et concentré sur l’unique objectif de SD Worx : remporter le maillot jaune.

La tâche de Vollering a été rendue exponentiellement plus difficile compte tenu des circonstances controversées entourant son équipe, où elle a été amarrée 20 secondes pour le repêchage à la suite d’une crevaison et son directeur Danny Stam a été expulsé du Tour pour conduite dangereuse, deux jours avant le sommet décisif du GC. Tourmalet.

Tout a été oublié alors que Vollering a franchi un sommet détrempé et brumeux de l’ascension emblématique avec une victoire décisive, obtenant le maillot jaune à 1:50 devant Katarzyna Niewiadoma (Canyon-SRAM Racing) et 2:28 devant Annemiek van Vleuten ( Movistar).

« C’était parfois un peu dur. Au final, l’équipe a dit ne parlons pas de secondes mais de minutes. J’ai essayé de gagner le plus de temps possible, et je suis content d’avoir pu le faire pour l’équipe », Vollering a déclaré aux médias réunis au sommet du Tourmalet », a déclaré Vollering.

« Ils n’arrêtaient pas de me dire que [the 20-second penalty] n’a pas d’importance et que je gagnerais plus que ça sur le Tourmalet. Parfois, je leur disais : ‘Moi aussi, je dois le faire. C’est gentil quand tu le dis, mais à la fin, c’est moi qui dois le faire.

« Cela m’a rendu un peu nerveux, mais aussi, je sais qu’ils disent cela parce qu’ils croient en moi, et cela me donne de la force. »

L’ambiance générale au camp SD Worx au cours des jours précédents a été quelque peu modérée, avec apparemment peu de choses à célébrer, malgré le fait que Lotte Kopecky a mené la course pendant six jours après sa victoire en solitaire sur l’étape 1 à Clermont-Ferrand. L’équipe avait été accusée, dès le début, d’utiliser des tactiques de blocage et de ne pas assumer les responsabilités de chasse en jaune.

Puis lors de l’étape 4 à Rodez, Vollering a franchi la ligne à la deuxième place mais pensait avoir gagné. Peu de temps après avoir franchi la ligne et levé les bras dans un salut de victoire quelque peu hésitant, les officiels l’ont informée que la cavalière échappée Yara Kastelijn (Fenix-Deceuninck) avait déjà remporté la course plus d’une minute plus tôt. La doublure argentée était qu’elle avait gagné huit secondes sur sa rivale Van Vleuten, pour en perdre 12 le lendemain après le repêchage.

Sur la ligne de départ à Lannemezan, Vollering s’est alignée avec un gilet de glace pour aider à garder son corps au frais dans la chaleur de 35 degrés Celsius. Alors que la course s’installait, le peloton semblait sentir les deux ascensions imminentes.

« J’étais un peu nerveux ce matin et mon équipe n’arrêtait pas de me dire de rester calme. C’est ce que j’ai fait, et ça a marché donc c’est très bien », a déclaré Vollering.

Van Vleuten a été le premier à attaquer par le col d’Aspin, mais Vollering et Niewiadoma étaient sur sa roue et ils sont descendus ensemble. Niewiadoma a ouvert une brèche et est monté seul dans la base du Tourmalet.

Van Vleuten et Vollering n’ont pas chassé, et après un échange de mots, la paire a été rattrapée par la sélection suivante qui comprenait Kopecky et Marlen Reusser, Ashleigh Moolman-Pasio (AG Insurance-Soudal-QuickStep) et Juliette Labous (Team dsm- firmenich).

« Niewiadoma a pris un écart et j’ai dit à Annemiek que ce n’était pas à moi de rouler parce que j’avais mes coéquipiers derrière. Elle a dit : ‘On roule ensemble ou on ne roule pas ensemble, et on perd tous les deux.’ J’ai dit : ‘Ok, ça va, j’attendrai mon équipe.’ C’était notre communication, et heureusement mes coéquipiers sont revenus, et Marlen [Reusser] s’est déplacé devant pour réduire l’écart, mais il est ensuite redevenu plus grand », a déclaré Vollering.

« Ce n’était pas dans notre intérêt de rouler à ce moment-là car nous avions aussi Lotte [Kopecky], et nous ne voulions pas la laisser tomber. C’était aux autres coureurs de la lâcher en premier. »

À mi-chemin du Tourmalet, Vollering a sauté du groupe de chasse sélectionné et a immédiatement ouvert un écart. Elle a rattrapé et dépassé Niewiadoma avec cinq kilomètres à parcourir sur les pentes supérieures brumeuses de la montée hors catégorie, le tout sous les encouragements de la directrice Anna van der Breggen de la voiture de l’équipe.

« À un moment donné, Anna [van der Breggen] a dit: ‘OK, Demi, continue à boire et prépare-toi à partir.’ Je me suis dit : ‘OK, j’y vais maintenant’ parce que c’était un repas là-bas, et certaines filles avaient un bidon dans les mains, et c’était un bon moment pour y aller », a déclaré Vollering.

« Il y avait tellement de brouillard là-bas et je savais que si je faisais un écart rapide, ils ne pourraient plus me voir. C’est aussi agréable quand ils ne vous voient plus. J’ai fait le plein d’essence et je n’ai jamais regardé derrière. »

« J’ai été surpris quand Anna a dit: » Maintenant, vous n’êtes plus que deux, maintenant vous êtes seul, continuez à pousser pour faire l’écart le plus grand possible et ensuite vous pourrez aller plus régulièrement. Donc, c’est exactement ce que j’ai fait. »

Vollering a ensuite remporté la troisième victoire de SD Worx et le maillot jaune du Tour de France Femmes. Elle a célébré son succès avec sa famille et ses amis qui sont venus tôt sur le Tourmalet pour regarder sa course.

« C’était super sympa. Nous savions qu’ils seraient là, et les voir sur le bord de la route m’a rendu ému et très heureux. Ils m’ont donné beaucoup de force pour continuer à me battre, et c’est bien qu’ils soient tous là aujourd’hui pour moi. »

A lire également