"Vraiment explosif" - Vingeard prêt à défendre le jaune lors de la finale en montagne du Tour de France

« Vraiment explosif » – Vingeard prêt à défendre le jaune lors de la finale en montagne du Tour de France

Jonas Vingaard se prépare pour une dernière bataille explosive dans le Tour de France de cette année alors que les grimpeurs du peloton se préparent à faire tapis sur l’avant-dernière étape dans les Vosges.

A la veille de sa dernière danse, le Danois et tous ses rivaux de renom ont sauvé leurs jambes, après avoir terminé l’une des étapes les plus rapides de l’histoire vendredi, à 13 minutes et 43 secondes du vainqueur Matej Mohorič (Bahrain Victorious).

Vingegaard (Jumbo-Visma) s’exprimait généralement succinctement lors de sa conférence de presse quotidienne en tant que leader de la course lorsqu’il était interrogé sur la course de 133,5 km de samedi de Belfort à la station de ski Le Markstein Fellering.

« Je pense que demain sera vraiment explosif. C’est la dernière étape de montagne et je pense que les gars du peloton ont gardé leurs jambes pour demain », a-t-il déclaré.

L’équipe du champion en titre a comparé l’étape de samedi – qui comprend pas moins de six ascensions classées – à la course de l’an dernier vers Hautacam, remportée par Vingaard devant Tadej Pogačar (UAE Team Emirates).

Le joueur de 26 ans a plus de sept minutes sur Pogačar et son coéquipier de l’équipe UAE Team Emirates Adam Yates, qui sont actuellement deuxième et troisième, respectivement, au classement général. Cependant, le directeur sportif de Jumbo-Visma, Merijn Zeeman, a déclaré qu’il restait encore beaucoup à jouer.

« C’est une étape très difficile », a déclaré Zeeman. « C’est la troisième semaine, tout le monde est fatigué mais il reste encore beaucoup de choses à se battre : le maillot de la montagne, la victoire d’étape, toutes les places au classement général à partir de la 10e place jusqu’au podium.

« Nous suivrons notre plan et nous courrons comme nous le faisons toujours, mais le cyclisme est composé de 22 équipes, et je pense que vous verrez beaucoup de choses différentes demain avec beaucoup d’intérêts différents. Il sera laissé sur la route et tout le monde fera le plein d’essence.

Affrontement de montagne

Pogačar a gardé ses cartes près de sa poitrine lorsqu’on l’a interrogé sur la tactique, après avoir concédé le combat pour le maillot jaune sur les pentes du col de la Loze mercredi.

« Ça va être assez dur, j’espère que mes jambes, mon corps et mon esprit ont récupéré », a déclaré le Slovène. « Ça a été quelques jours difficiles, alors voyons voir. »

Jai Hindley (Bora-Hansgrohe) s’est montré plus ouvert sur son plan d’attaque. L’Australien blessé est lentement passé de la troisième à la septième place après une chute à grande vitesse dans l’étape 14, mais a montré des signes d’amélioration sur le Col de la Loze et est prêt pour le concours.

« Indépendamment de ce que je ressens, je pense all-in. C’est seulement 130 kilomètres et qu’est-ce que je vais perdre ? Mais je pense que tout le monde sera comme ça », a-t-il déclaré.

Il y a de gros écarts dans le top 10 du GC, mais encore de la marge. La compétition pour le maillot à pois est également serrée, Giulio Ciccone (Lidl-Trek) détenant un mince avantage de six points sur Felix Gall, le pilote AG2R Citroën motivé qui a fêté une victoire d’étape à Courchevel en début de semaine.

« Après l’étape reine, après la victoire, bien sûr, je veux dire, tout le monde est fatigué maintenant, nous sommes dans la troisième semaine, mais cela a coûté beaucoup d’énergie », a déclaré Gall. « J’ai juste hâte que ce soit fini. »

Le caractère a été un sujet de discussion de la troisième et dernière phase de ce Tour exhaustif et montagneux, et c’est peut-être celui qui l’emportera à nouveau samedi.

Mais encore une fois, les grimpeurs ont eu deux jours pour « récupérer » depuis leur départ des Alpes. Le directeur sportif de Bora-Hansgrohe, Rolf Aldag, estime que la nature du parcours de cette année a affecté le rythme de la course.

« On dirait qu’à ce niveau, le peloton est, tout le monde récupère dans les étapes de sprint et met encore plus dans les étapes de montagne », a déclaré Aldag.

« Donc ce n’est pas un épuisement constant comme le lendemain, le lendemain, le lendemain, c’est plutôt, d’accord, je suis vraiment fatigué, c’était si difficile cette étape de montagne, mais ensuite deux jours assis dans le peloton à tourner les jambes, entouré de vos coéquipiers, puis le troisième jour, vous vous dites, eh bien, en fait, je me sens bien à nouveau. Je pense que cela a une influence sur le rythme de la course et sur la dureté de ces étapes de montagne.

A lire également