Un mécanicien déguisé en coureur : l'UCI punit un cas bizarre de « fraude »

Un mécanicien déguisé en coureur : l’UCI punit un cas bizarre de « fraude »

Une histoire bizarre a émergé dans le monde du cyclisme professionnel, l’équipe Cynisca Cycling étant sanctionnée pour fraude suite à un incident impliquant un mécanicien se faisant passer pour un coureur.

En juillet 2023, l’équipe féminine américaine de niveau continental manquait de coureuses pour l’Argenta Classic, avec seulement quatre aptes à prendre le départ, soit une de moins que le minimum UCI pour qu’une équipe puisse y participer.

Dans une annonce remarquable lundi, l’UCI a détaillé comment l’équipe a tenté d’induire les officiels de la course en erreur, ce qui a entraîné des sanctions contre les coureurs, le personnel et l’équipe dans son ensemble.

En l’absence de ce cinquième coureur, l’équipe a habillé une mécanicienne en tenue d’équipe, lui a couvert le visage avec un masque sous prétexte qu’elle était malade et l’a envoyée sur le podium pour s’inscrire. Ils ont été découverts et n’ont pas pris le départ de la course. L’affaire a été renvoyée devant la commission disciplinaire de l’instance dirigeante.

« Le directeur sportif de l’équipe, Danny Van Haute, a demandé aux coureuses présentes (Anna Hicks, Cara O’Neil, Katherine Sarkisov et Claire Windsor) de mentir sur l’endroit où se trouvait un cinquième coureur – qui n’était pas physiquement présent sur le site – lorsqu’il a été interrogé. par les Commissaires », peut-on lire dans le communiqué de l’UCI.

« Les coureurs ont déclaré au Président du Collège des Commissaires qu’un cinquième coureur était présent mais malade. Puis, après avoir été informé par les Commissaires que l’équipe ne pourrait pas participer si les cinq coureurs ne signaient pas la feuille de départ et ne prenaient pas le départ, M. Van Haute a demandé à la mécanicienne de l’équipe, Moira Barrett, de porter des vêtements de coureur et un masque facial, de se présenter au départ et de signer la feuille de départ en tant que cinquième coureuse de l’équipe.

Cynisca a répondu à la décision lundi après-midi, en s’excusant pour l’incident tout en le décrivant comme une « erreur ponctuelle de la part d’un réalisateur voyou ». Ils ont également confirmé qu’ils ne travaillaient plus avec Van Haute, qui a été embauché sous contrat pour plusieurs courses en 2023.

« Au moment de l’événement, les autres dirigeants/personnel de l’équipe n’étaient pas au courant de la tromperie réalisée par M. Van Haute et le mécanicien. Après avoir pris connaissance de l’incident, l’équipe a pris des mesures immédiates en interne et a mis fin à toutes les relations actuelles et futures avec M. Van Haute.  » Van Haute et le mécanicien. L’équipe a alors pleinement coopéré à l’enquête de l’UCI », peut-on lire dans leur communiqué.

« Cynisca Cycling comprend parfaitement la nécessité de mesures disciplinaires prises par l’UCI. L’équipe n’a pas toléré et ne tolérera jamais ce genre de comportement. Il s’agissait d’une erreur ponctuelle de la part d’un directeur voyou.

« Nous remercions la commission disciplinaire de l’UCI pour son examen attentif de ces actions. Au nom de l’équipe, nous nous excusons une fois de plus auprès des organisateurs de l’événement pour le comportement survenu lors de l’événement. »

Bien que Cynisca ait la possibilité de faire appel de la décision auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), sa déclaration soutient la version des événements de l’UCI et ne suggère pas qu’elle soit en désaccord avec le résultat de l’enquête.

Invoquant l’article 12.4.008 du règlement de l’UCI, qui traite de la « fraude », les différents membres de l’équipe ont été sanctionnés lundi de manière différenciée. Van Haute, décrit comme « l’auteur principal », a été interdit de toute activité cycliste jusqu’au 31 décembre 2025 et condamné à une amende. Pendant ce temps, le mécanicien Barrett ne pourra pas travailler dans le cyclisme jusqu’au 1er septembre 2024.

Quant aux coureurs, tous les quatre ont reçu une « réprimande », qui est une « expression formelle de désapprobation », plutôt qu’une amende ou une bande.

L’équipe dans son ensemble s’est vu imposer une interdiction d’une course, même s’il n’est pas clair quelle était la prochaine course du calendrier de Cynisca qu’elle sera désormais obligée de manquer.

A lire également