Les coureurs dépassent une vitesse époustouflante de 118 km/h dans la descente de Volta ao Algarve

Les coureurs dépassent une vitesse époustouflante de 118 km/h dans la descente de Volta ao Algarve

Chaque année, les coureurs commencent la saison avec des clichés sur la façon dont les courses deviennent de plus en plus rapides, mais lors de la première étape de la Volta ao Algarve, ils avaient probablement raison, avec des vitesses atteignant près de 120 km/h dans la deuxième descente de la journée.

Après l’étape, plusieurs coureurs à l’extérieur du bus de l’équipe Ineos Grenadiers ont parlé de la nature de la descente rapide depuis la montée de troisième catégorie à Nave, décrivant comment ils avaient jeté un coup d’œil à leurs ordinateurs de vélo pour voir des chiffres incroyables.

Un fort vent arrière a joué son rôle, avec la menace de vents latéraux qui ont également permis de maintenir le rythme à des vitesses vertigineuses alors que la course redescendait jusqu’au niveau de la mer et se dirigeait vers la côte.

Jeudi matin, Geraint Thomas s’est rendu sur les réseaux sociaux et a publié une story Instagram montrant que l’ancien vainqueur du Tour de France avait atteint 116 km/h, avec une vitesse moyenne d’une minute toujours à trois chiffres.

Selon un autre pilote Ineos, Kim Heiduk a atteint 118 km/h.

Il n’y a eu aucun bruit d’inquiétude concernant la sécurité de la part des coureurs au début de l’étape 2 et le bien-être des coureurs était davantage axé sur les vents violents potentiels qui pourraient avoir des conséquences sur la montée finale vers Fóia.

« C’était la deuxième descente. Je veux dire, je sais que nos freins ont été testés mais je ne sais pas s’ils ont été testés à cette vitesse.

« Nous roulions avec 170 coureurs à nos côtés et il y avait peut-être du vent de travers mais je n’allais pas risquer ma vie. Alors je me suis glissé vers l’arrière et je me suis donné quelques mètres de sécurité. Il y a des gens assez fous pour vouloir aller plus vite et ça donne du plaisir d’aller à 120 km/h mais je ne voulais juste rien risquer.

A lire également