Le directeur du Tour de France, Prudhomme, se dit soulagé de l'effondrement de la fusion Jumbo-Soudal

Le directeur du Tour de France, Prudhomme, se dit soulagé de l’effondrement de la fusion Jumbo-Soudal

Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, a admis qu’il craignait que le projet de fusion de Jumbo-Visma et Soudal-QuickStep n’ait diminué sa course en spectacle en mettant Jonas Vingegaard et Remco Evenepoel dans la même équipe.

L’échec du projet – sans parler du transfert de Primož Roglič à Bora-Hansgrohe – signifie au contraire que les quatre principaux prétendants au Tour courront dans quatre équipes différentes en juillet prochain.

Le Tour 2024 propose un parcours inédit qui comprend un passage anticipé par le Col du Galibier lors de l’étape 4, mais dans une interview avec COMMEPrudhomme a minimisé l’idée que la course pourrait déjà être terminée en tant que compétition avant la grande finale à Nice.

« Je ne pense pas. Nous avons la chance d’avoir des coureurs exceptionnels, qui attaquent quand on l’attend, mais aussi quand personne ne l’imagine », a déclaré Prudhomme. « Tadej Pogacar attaqué sur les Champs-Elysées [in 2023]. Il savait qu’il n’allait pas gagner le classement général, mais il essayait quand même.

« Nous avons eu quinze jours de combats spectaculaires entre Pogačar et Vingegaard, et Evenepoel a déclaré qu’il ferait ses débuts dans la course en 2024. Ce qu’il a fait sur la Vuelta a été formidable : malgré tout, il n’a pas abandonné.

« Ce qui m’a un peu inquiété, ce sont les rumeurs sur la fusion Jumbo et Soudal, avec Jonas et Remco dans la même équipe. Mais au lieu de cela, il y aura quatre grands champions – Pogacar, Vingegaard, Roglič et Evenepoel – dans quatre équipes différentes, ce qui pourrait faire un très bon Tour de France.

Pour la première fois de l’histoire, le Tour s’achèvera hors de la région parisienne afin d’éviter un choc avec les Jeux Olympiques, qui débuteront le 26 juillet. Le Tour 2024 se terminera plutôt à Nice le 21 juillet.

Cette finale inédite a permis à Prudhomme de placer des arrivées au sommet de l’étape 19 à Isola 2000 et de l’étape 20 au Col de la Couillole, tandis que le parcours du Tour de France comprend également un contre-la-montre le dernier jour pour la première fois depuis que Greg LeMond a révisé Laurent. Fignon enfin en 1989.

Le parcours de 34 km au départ de Monaco est exigeant, avec des coureurs gravissant La Turbie et le Col d’Èze en route vers l’arrivée en bord de mer sur la Promenade des Anglais.

Prudhomme a reconnu que son scénario idéal serait une répétition du drame du dernier souffle proposé par Fignon et LeMond en 1989.

« Nous en rêvons, évidemment, mais nous ne savons pas quelle sera la réalité », a déclaré Prudhomme. « Dans un passé récent, on a vu qu’un contre-la-montre en fin de Tour peut tout changer, comme en 2020 à La Planche des Belles Filles avec Pogačar et Roglič.

« Ce sera un contre-la-montre difficile, long de plus de 30 km avec 700 mètres de dénivelé positif. C’est une journée pour les champions. Pour les champions du Tour de France.

A lire également