Le camp de Pogacar stupéfait par le coup de grâce du contre-la-montre du Tour de France de Vingaard

Le camp de Pogacar stupéfait par le coup de grâce du contre-la-montre du Tour de France de Vingaard

Une fois de plus, un contre-la-montre hybride au Tour de France a creusé un écart étonnamment important entre les deux premiers au classement général. UAE Team Emirates est déjà venu ici avec Tadej Pogačar, mais cette fois-ci, c’était plus sombre
expérience.

Il y a trois ans, Pogačar a renversé un Tour de France serré en bondissant La Planche des Belles Filles pour arracher le jaune à Primoz Roglič au dernier. Mardi, Jumbo-Visma a rendu la pareille alors que Jonas Vingaard a livré un contre-la-montre d’une intensité choquante pour obtenir un avantage décisif dans ce qui avait été un Tour de si belles marges jusqu’à présent.

Vingegaard était dans une classe à part entière sur le parcours roulant de 22,4 km de Passy à Combloux, et il était clair presque dès ses premiers coups de pédale que cet après-midi serait un exercice de limitation des dégâts pour Pogačar.

Au premier contrôle après 7 km, Vingaard avait déjà 16 secondes d’avance et il a poussé son avantage sur la route de la vallée à travers Sallanches, doublant presque son avance à 31 secondes à 16 km.

Vingegaard a continué à faire un travail inexorablement léger sur la Côte de Domancy, tirant encore 34 secondes sur son tampon sur cette seule montée, avant d’arrêter le chrono à Combloux environ 1:38 plus vite que Pogačar. Personne d’autre n’a terminé à moins de 2:51 du Danois, qui a produit une performance d’une stratosphère différente.

Andrej Hauptman était l’homme qui guidait Pogačar sur le parcours, et lorsqu’il est sorti de la voiture UAE Team Emirates par la suite, il a estimé que son pilote n’aurait rien pu faire de plus sur ce parcours. Pogačar était, après tout, plus d’une minute meilleur que tout le monde, mais il a tout de même parcouru le terrain presque 2 km/h moins vite que Vingaard.

« Tadej a fait un très bon contre-la-montre, mais Jonas aujourd’hui était incroyable. Je pense que nous devons féliciter Jonas », a déclaré Hauptman, qui a insisté sur le fait que la performance de Pogačar était entièrement conforme aux attentes des Émirats arabes unis. « Tadej a fait près de nos calculs. Nous savons que Jonas est vraiment fort, mais notre plan était d’être plus proche de lui. »

À l’extérieur du bus UAE Team Emirates, le directeur général Mauro Gianetti a avoué qu’il avait eu un sentiment de naufrage une fois qu’il avait vu Vingegaard prendre un avantage précoce sur Pogačar, et ces inquiétudes se sont confirmées sur le reste du parcours. Comme Hauptman, il pensait que Pogačar avait joué à quelque chose de proche de son meilleur. Vingeard, semble-t-il, avait simplement dépassé tous leurs calculs.

« Nous ne nous attendions pas à un si grand écart aujourd’hui », a déclaré Gianetti. « Je pense que Tadej a fait un très bon contre-la-montre, il est arrivé deuxième avec plus d’une minute sur Van Aert, ce qui, je pense, est incroyable dans un contre-la-montre aussi court. Mais la réalité est ce qu’elle est : Jonas a fait un contre-la-montre incroyable. C’était impressionnant.

« Après le premier contrôle horaire, nous avons vu qu’il était de 15 secondes, wow. C’était un bon signal pour Vingaard, mais pas pour nous. Chaque pilote sait maintenant le nombre qu’il peut faire ou ne pas faire, donc nous ne nous attendions pas à ça. »

En écho à La Planche des Belles Filles il y a trois ans, Pogačar a choisi de passer de sa machine de contre-la-montre à un vélo de route pour l’ascension de la Côte de Domancy, mais l’équipement plus léger n’a rien fait pour compenser les lourdes pertes. Vingaard, qui est resté sur son vélo de contre-la-montre tout au long, a réalisé ses plus gros gains sur cette partie même du parcours.

« Nous avons fait tous les tests au préalable et il était clair pour nous que c’était un avantage de changer de vélo pour Tadej et de ne pas changer de vélo pour Adam Yates, par exemple. C’est une chose individuelle et c’était clair dès le début », Gianetti a dit. « Nous avons perdu 10 secondes dans le changement de vélo, ce à quoi nous nous attendions, mais nous avons également perdu 1:30. Donc la différence aujourd’hui n’était pas dans le changement de vélo, la différence était dans la puissance. »

Yates en troisième

Au classement général, Pogačar compte désormais 1h48 de retard sur Vingaard, tandis que son coéquipier Adam Yates a devancé Carlos Rodriguez (Ineos) et prend la troisième place, bien qu’avec 8h52 de retard.

S’il reste encore des opportunités d’inverser la tendance avant Paris, notamment sur le Col de la Loze mercredi et dans les Vosges samedi, on se demande si UAE Team Emirates pourrait désormais se tourner vers la sécurisation des deux dernières marches du podium et de la transport de points UCI qui vient avec eux.

« Avec cette situation, il est peut-être important d’avoir deux gars sur le podium, mais essayer de gagner le Tour reste la première priorité », a déclaré Gianetti. « Tadej est un gars qui aime essayer des choses, et pourquoi pas. »

Pogačar a absorbé un coup dur plus tôt dans ce Tour, bien sûr, lorsqu’il a laissé tomber Vingegaard à Cauterets lors de l’étape 6 un jour après avoir perdu près d’une minute contre le Danois au Col de Marie Blanque.

Depuis lors, les marges étaient restées serrées entre les deux favoris, aucun des deux hommes ne pouvant distancer l’autre de plus d’une poignée de secondes. Pogačar doit maintenant trouver un moyen de récupérer près de deux minutes, en commençant par la mammouth étape 17 sur le Col de la Loze à Courchevel.

« Bien sûr, tout est possible, il reste encore une semaine », a déclaré Gianetti. « Ce n’est pas facile. En réalité, c’est compliqué, mais quand on a une semaine devant soi, il faut y aller, il faut rêver, il faut y croire et travailler pour ça. »

La croyance est sûrement en quantité limitée, cependant, après l’exposition de Vingaard ici.

A lire également