Aucune excuse de Mads Pedersen et Lidl-Trek après Paris-Roubaix

Aucune excuse de Mads Pedersen et Lidl-Trek après Paris-Roubaix

Après avoir terminé troisième à Paris-Roubaix, il y avait un sentiment d'acceptation parmi Mads Pedersen et son équipe Lidl-Trek dimanche soir, heureux d'une place sur le podium après la course qu'ils ont eue et de la force indomptable de Mathieu van der Poel.

L'équipe a perdu Jonathan Milan très tôt à cause d'une chute, puis une fois la course divisée, une crevaison pour Pedersen l'a obligé à revenir dans le groupe de tête, avec seulement Mathias Vacek pour compagnie.

Aucun des deux coureurs de Lidl-Trek n'a réussi à s'infiltrer dans le groupe de trois hommes qui parcouraient 87 km à parcourir, ce qui les a obligés à le poursuivre, ramenant effectivement Van der Poel en tête de la course et anticipant son attaque gagnante.

Dans le groupe poursuivant le champion du monde, Pedersen a sprinté troisième derrière Jasper Philipsen, son premier podium à Roubaix.

« Pour être honnête, je suis vraiment heureux », a déclaré Pedersen après la course. « Mathieu était dans une ligue différente aujourd'hui, sa façon de courir était vraiment impressionnante. Pour moi, c'est difficile de battre Jasper dans une course plus longue au sprint – la magie se serait produite si je l'avais battu dans un sprint comme celui-ci aujourd'hui, donc je suis heureux.

Malgré sa victoire sur Van der Poel il y a deux semaines à Gand-Wevelgem, cela s'est avéré un exploit difficile à reproduire pour Pedersen et Lidl-Trek, le Néerlandais remportant depuis lors le doublé Flandre-Roubaix le week-end. Bien que Pedersen ait été affecté par des chutes au cours de cette période, il n’a signalé aucun problème physique dimanche.

« Je n'ai aucune excuse aujourd'hui, j'étais définitivement à 100% et j'ai été battu par de meilleurs garçons aujourd'hui », a-t-il déclaré.

« Quand Mathieu y est allé, tout le monde y est allé à fond parce qu'on ne veut pas donner trente secondes à ce gars, alors nous avons tous essayé mais il était juste meilleur que nous aujourd'hui. Je ne sais vraiment pas quoi dire d'autre, car nous faisons tout notre possible pour le battre, mais ce n'était pas possible.

L'écart avec Van der Poel s'est réduit étonnamment rapidement après son attaque, le groupe de poursuite étant peut-être au point mort, mais Pedersen tenait à souligner qu'ils ne le laissaient pas simplement partir.

« Tout le monde y va à fond parce que nous voulons le rattraper. Au moment où il ne fait que gagner du temps, on fait en quelque sorte une deuxième course derrière. Nous voulons aussi faire la sélection dans notre groupe et la rendre de plus en plus petite, pour que tout le monde s'engage et s'y mette à fond. Peut-être qu’il a une crevaison ou autre, donc on ne sait jamais, la course n’est pas terminée quand il part, mais aujourd’hui elle l’était.

« Nous voulions jouer pour la victoire »

Même si Van der Poel était indéniablement le coureur le plus fort de la course de dimanche, il ne s'agissait pas uniquement d'une bataille de force brute, et la tactique du groupe de tête y a joué. Lorsque Stefan Küng, Gianni Vermeersch et Nils Politt ont pris la route, c'était à Lidl-Trek de poursuivre cette avancée vers le bas, ce qu'ils ont fait, mais c'était une grosse dépense après avoir déjà ramené Pedersen devant. Cependant, l'équipe a maintenu sa décision, plutôt que de risquer de ne pas être du tout en lice pour la victoire.

La charge de travail dans ce groupe était alourdie par le fait que Lidl-Trek manquait de Jonathan Milan, un deuxième choix potentiel ou un assistant précieux, après la chute de l'Italien en début de course. Malgré l'affirmation de Pedersen selon laquelle il n'avait aucune excuse, Rast a donné quelques raisons, voire des excuses, pour expliquer pourquoi l'équipe n'a pas pu rivaliser avec Alpecin dimanche.

« La journée a très mal commencé avec la chute de Jonathan Milan, je pense que cela a beaucoup changé pour nous car nous avions un gars de moins pour la finale, donc il ne nous restait pratiquement que Mads pour la finale et c'était le plus gros changement pour nous,  » il a dit.

« Lorsque la course a débuté, Mads avait également une crevaison, il devait repartir. Nous avons également eu un peu de chance avec des crevaisons, ce qui signifiait que nous n'étions « que » deux gars avec Mads avant Arenberg, mais ces deux gars ont fait un excellent travail – Edward Theuns et Mathias Vacek. Mais bien sûr (Alpecin) a joué avec nous, ils avaient toujours un gars là-bas que nous devions poursuivre, les autres ne voulaient pas vraiment poursuivre.

« Ensuite, Mads a eu une crevaison, je pense que Vaček l'a ramené très très fort, mais au final je pense que Mads a raté un peu quand Mathieu partait, à cause des efforts qu'il devait faire avant et c'était le moment où nous ' perdu la course. Mais je pense qu’il a fait une course incroyable pour terminer sur le podium.

Pedersen a également souligné la perte de Milan comme un revers particulier, en particulier avec Jasper Stuyven et Alex Kirsch également absents des dernières équipes de Lidl-Trek après s'être écrasés avant la Flandre.

« Je suis presque sûr que cela aurait beaucoup changé », a-t-il déclaré à propos de la possibilité d'avoir Milan dans les moments clés. « Cela aurait été bien d'avoir un gars de plus plus loin dans la finale, donc quand Johnny a chuté en début de course, c'était vraiment de la merde pour nous et bien sûr, c'était un emmerdeur, mais nous ne pouvons pas changer ça. »

Cependant, malgré les circonstances qui n'ont peut-être pas joué en faveur de Lidl-Trek lors des dernières classiques pavées, ils repartent de la campagne avec une victoire et des top 10 dans presque toutes les courses, il n'y a donc aucun sentiment de déception lorsque la porte se ferme. au printemps.

« Ce soir, nous allons fêter une bonne saison de Classiques avec l'équipe, et demain il est temps de rentrer à la maison. Je n'ai pas beaucoup vu ma femme depuis janvier, il est donc temps de voir ma famille et de me reposer un peu », a conclu Pedersen.

A lire également