Wout van Aert : "C'est un avantage que Tadej Pogačar ne participe pas au Tour des Flandres"

Wout van Aert : « C'est un avantage que Tadej Pogačar ne participe pas au Tour des Flandres »

Alors que Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) déchire actuellement la Volta a Catalunya et se prépare pour une première candidature au Giro d'Italia, le Slovène ne participera ni à l'E3 Saxo Classic de vendredi ni au Tour des Flandres de la semaine prochaine.

C'est une décision qui déçoit de nombreux fans, mais qui fait le bonheur de certains de ses rivaux, dont Wout van Aert (Visma-Lease a Bike).

« C'est un avantage pour tout le peloton que Pogacar ne prenne pas le départ du Tour des Flandres, je pense », a reconnu avec joie le Belge lors d'une conférence de presse mardi après-midi, en présence notamment de Het Laatste Nieuws.

« Il a été très dur dans les montées l'année dernière. Il a commencé très tôt, en faisant une longue finale. Il voulait nous fatiguer le plus possible de loin. Sans lui, le parcours aurait pu être différent. »

Il n'est pas surprenant que Van Aert soit heureux de voir le dos de Pogačar dans les Classiques pavées – du moins pour l'instant – après tout, le Slovène a déchiré le Tour des Flandres l'année dernière et avait menacé cette possibilité même à l'E3 Saxo Classic. juste une semaine plus tôt.

Lors de la course connue sous le nom de mini-Tour des Flandres, Pogacar et Mathieu van der Poel (Alpecin-Deceuninck) avaient réussi à distancer le Belge alors que les 20 derniers kilomètres apparaissaient, mais à cette occasion, Van Aert avait réussi à le sauver. la situation et remporter le sprint final.

Un tel répit n'aurait pas été trouvé lors du Tour des Flandres, où Pogačar est parti en solo, suivi de Van der Poel, et Van Aert a été contraint de se contenter de la quatrième place avec plus d'une minute de retard. Ce résultat fait en sorte que le Tour des Flandres reste absent de l'illustre palmarès du joueur de 29 ans.

« J'ai travaillé dur pour gagner la Ronde et Paris-Roubaix », a-t-il déclaré. « Cela me donne de l'énergie pour y aller. Je pense que je peux les gagner, donc c'est un super gros objectif de les ajouter à mon palmarès. Mais ces dernières années, je l'ai souvent raté.

« Cependant, cela ne change pas grand-chose en dehors des critiques. Je dois le faire pour moi-même, pas pour prouver à quelqu'un qu'il a tort. »

Quant à Van der Poel, la performance du Néerlandais à Milan-San Remo n'a pas échappé à l'attention de Van Aert, qui affrontera son ancien rival pour la première fois cette saison lors de l'E3 Saxo Classic vendredi.

« Je n'ai vu Mathieu qu'à Milan-Sanremo. Il avait l'air très fort. Je m'attends à ce qu'il soit présent dans les courses flamandes. Dans l'E3 Saxo Classic, les chiffres seront immédiatement clairs. »

Un calendrier moins intense donne à Van Aert une tranquillité d'esprit

Les commentaires du Belge font allusion à la pression qui n'a cessé de monter sur ses épaules ces dernières années pour obtenir davantage de succès dans les Classiques d'un jour. Van Aert a connu une merveilleuse carrière sur la route jusqu'à présent, mais s'il prenait sa retraite après avoir « seulement » remporté Milan-San Remo sur les cinq Monuments, il y aurait certainement un sentiment de promesse non tenue – tel est son talent.

Pour la première fois depuis la campagne 2020 modifiée par Covid, Van Aert a sauté Milan-San Remo et Paris-Nice ou Tirreno-Adriatico au cours des premiers mois de la saison. Au lieu de cela, le Belge termine un camp d'altitude de trois semaines à Tenerife.

Van Aert pense que le calendrier des courses plus discret – Volta ao Algarve apportant moins de globes oculaires que Tirreno-Adriatico, par exemple – a atténué le sentiment de pression à l'approche de cette campagne des Classiques de printemps.

« Je me suis senti moins occupé toute l'année que par le passé. C'est toujours un défi d'y faire face. En 2023, j'ai senti pour la première fois que j'étais moins que l'année précédente. Cela m'a donné quelques idées, que je ne devrais pas le faire pour quelqu'un d'autre que moi-même. Cela me donne la paix.

Trois semaines en altitude ne lui feront certainement pas de mal non plus.

« Si vous roulez le week-end d'ouverture puis Tirreno-Adriatico ou Paris-Nice et Milan-San Remo, vous êtes toujours concentré sur le prochain parcours et vous ajustez constamment les séances d'entraînement entre les parcours. Maintenant, je viens de pouvoir terminer mes entraînements programmés en toute tranquillité.

« Tout s'est super bien passé à l'entraînement, ça donne de la confiance », a-t-il ajouté. Le passé a montré que je suis toujours bon en altitude. C'est pourquoi nous avons osé le faire. »

De retour en Belgique depuis Tenerife, Van Aert sera privé de son coéquipier Christophe Laporte à l'E3 Saxo Classic – le Français souffre de maladie – mais avec une équipe solide à ses côtés, le Belge restera un favori commun aux côtés de Van der Poel.

Tout va bien, les deux s’aligneront au Tour des Flandres la semaine prochaine et en l’absence de Pogacar, ils seront à nouveau les candidats exceptionnels. L'E3 Saxo Classic de ce vendredi donnera la première indication quant à savoir qui pourrait avoir l'avantage sur les pavés belges.

« C'est une très belle course, la plus difficile de Flandre après le Tour des Flandres. La finale démarre souvent à distance. En raison du parcours difficile, proche de De Ronde, c'est un bon test. »

A lire également