Victor Campenaerts dénonce l'interdiction "peu claire" des leviers de frein rendus par l'UCI

Victor Campenaerts dénonce l’interdiction « peu claire » des leviers de frein rendus par l’UCI

Victor Campenaerts a qualifié de « connerie » la décision de l’UCI d’établir une règle interdisant les leviers de frein orientés vers l’intérieur en 2024 et il pense que les coureurs utiliseront simplement les failles pour obtenir une position similaire avec des barres évasées.

Le spécialiste belge de l’échappée était l’un des coureurs évidents qui seraient affectés par la règle aux côtés de Jan-Willem van Schip alors qu’ils repoussaient les limites réglementaires pour permettre des gains aérodynamiques.

Pour l’instant, aucun degré exact d’angle maximum n’a été fixé par l’UCI, mais le texte de la déclaration annonçant l’interdiction le mois dernier utilise l’expression « inclinaison extrême vers l’intérieur », comme seule ligne, également sans information si cela sera à la discrétion du commissaire de course concerné. Campenaerts était également contre l’ambiguïté de la nouvelle règle.

« C’est assez difficile. Parce que les règles sont très floues », a déclaré Campenaerts à Actualités du cyclisme avant la présentation de l’équipe Lotto-Dstny 2024.

« Il semble que si vous le souhaitez, vous pouvez rouler avec un guidon de course sur plage tout en continuant à rouler avec vos leviers de frein comme celui-ci. [gestures to angled hand placement]. Cela n’a aucun sens. »

Les guidons de course de plage auxquels Campenaerts fait référence sont des barres évasées similaires à celles vues sur de nombreux vélos de gravier et permettraient aux leviers de frein d’être inclinés vers l’intérieur tout en restant parallèles aux chutes. Ces barres sont moins couramment disponibles dans des largeurs étroites, mais les options personnalisées étroites et évasées pourraient devenir une tendance en 2024 pour les cyclistes qui en font la demande.

« Je comprends que les gens pensent ou voient le danger de rouler avec des leviers de frein comme celui-ci, mais cela n’a pas été interdit pendant longtemps. Maintenant, ils l’interdisent, mais ils ne l’interdisent pas non plus », a déclaré Campenaerts.

« Je pense que le résultat sera que nous verrons beaucoup de guidons de courses de plage dans le peloton pour simplement contourner la règle. Pour moi, c’est simplement une règle à la con.

Ambitions pour les Classiques 2024 avec Arnaud De Lie

Le point culminant de la saison 2023 de Campenaerts a été de remporter le prix de la super combativité sur le Tour de France après avoir brutalement attaqué les dernières étapes de l’échappée et avoir presque à lui seul assuré que le groupe de quatre hommes de la 18e étape avait les meilleures chances de battre un chargeant le peloton dans Bourg-en-Bresse.

Son coéquipier Pascal Eeenkhoorn n’a pas pu battre Kasper Asgreen (Soudal-QuickStep) ce jour-là, mais sans Campenaerts s’étant enfoncé dans le sol dans les derniers kilomètres, leurs efforts auraient été vains.

Campenaerts vise à revenir sur le Tour en 2024 en étant en si bonne forme que Lotto-Dstny ne peut tout simplement pas le laisser hors de la liste.

« Je veux revenir sur le Tour de France. Je l’ai dit très clairement à l’équipe et je pense qu’ils pensent également que c’est une bonne option », a déclaré Campenaerts. « Je leur ai promis que je serai en forme et qu’ils devront me sélectionner. »

Le début de saison le plus pressant aura lieu à la Ruta Del Sol en février, près de l’endroit où il loue une maison en Espagne pendant la majeure partie de l’intersaison et évite le temps pluvieux en Belgique.

Après cela, il retrouvera son calendrier typique des Classiques qu’il avait largement manqué en 2023 en raison d’une fracture d’une vertèbre lors de la Bredene Koksijde Classic en mars qui l’avait empêché d’accéder au Dauphiné en juin.

Il fera partie d’une équipe solide du Lotto-Dstny désormais dirigée par la jeune superstar Arnaud De Lie après que le joueur de 21 ans ait montré un véritable potentiel pour obtenir un résultat massif en terminant deuxième à l’Omloop Het Nieuwsblad en 2023 et en remportant sa première victoire sur le WorldTour à le Grand Prix cycliste de Québec.

« Les classiques sont le grand objectif. Mais j’aimerais aussi me montrer un ou deux jours à Ruta Del Sol en échappée et il y a aussi normalement un contre-la-montre », a-t-il déclaré.

« Mais les objectifs principaux sont les classiques, et avec Arnaud[DeLie}nousavonsuntrèsbonpilotepourlesclassiques[DeLie}wehaveaverygoodriderfortheclassics

« L’année dernière, c’était un peu méchant avec la chute mais je dirais qu’avec Arnaud maintenant, nous avons des objectifs plus clairs, nous savons de quoi il est capable – et il est capable de beaucoup de choses. Nous avons donc très clairement en tête la manière dont nous allons aborder les courses et je suis sûr que nous parviendrons à un résultat.

Cette tactique pour Campenaerts sera celle d’anticipation de la part de lui-même, Florian Vermeersch et Brent Van Moer, avec De Lie attendant de libérer ses talents explosifs derrière. Le Belge s’est même efforcé d’être « moins explosif » pour ainsi dire, car il espère retrouver ses capacités en contre-la-montre et rouler avec une plus grande endurance.

« J’ai déjà beaucoup d’entraînement sur le vélo de contre-la-montre et cela correspond aussi assez bien à l’approche que j’aurai pour les Classiques avec Arnaud De Lie », a déclaré Campenaerts.

« Nous attaquerons tôt, très tôt, avant la vraie finale. Ou si nous n’attaquons pas tôt, nous roulerons et veillerons à ce que le groupe reste ensemble. Je veux être un peu moins explosif que l’année dernière avec plus de FTP, comme un coureur de contre-la-montre que j’étais.

Campenaerts vise à revenir à son ancienne orientation en tant que spécialiste du contre-la-montre dans une certaine mesure, enthousiasmé par la vitesse de son nouveau vélo Orbea et par l’expérience précieuse de sa victoire sur le Tour du Luxembourg ITT à la fin de 2023 devant Brandon McNulty, qui avait terminé quatrième aux Championnats du monde le mois précédent.

Heureusement, la fracture vertébrale ne sera pas vraiment un problème permanent pour Campenaerts et ses positions aérodynamiques extrêmes, que ce soit sur son vélo de route ou sur son vélo de TT, mais le Belge pense que c’est désormais quelque chose avec lequel il devra simplement vivre après son cyclisme. carrière.

« Pendant les trois semaines où je n’ai pas roulé après la saison, je n’ai rien fait comme des séances de stabilité de base ou des choses comme ça et j’ai eu pas mal de maux de dos », a déclaré Campenaerts.

« Mais en reprenant l’entraînement et en faisant beaucoup de stabilité de base chaque jour, le problème a été résolu. C’est donc un bon signe que pour ma carrière cycliste, ce ne sera pas un danger. La mauvaise nouvelle est que probablement pour le reste de ma vie, je devrai faire de la stabilité de base si je ne veux pas souffrir de maux de dos.

A lire également