« Roulez aussi vite que possible » – le grand plan de Campenaerts se réalise presque au Tour de France

« Roulez aussi vite que possible » – le grand plan de Campenaerts se réalise presque au Tour de France

Victor Campenaerts est l’un des locuteurs les plus engageants du peloton, et son don du bavardage s’étend aux médias sociaux, où son journal vidéo quotidien décalé avec son colocataire de Lotto-Dstny Jasper De Buyst a rassemblé quelque chose d’un culte sur ce Tour de France.

L’ancien recordman de l’heure est aussi bien capable de s’exprimer sur la moto, bien sûr, comme en témoigne un palmarès avec deux titres européens contre la montre et une victoire d’étape au Giro d’Italia. Lors de la 18e étape, Campenaerts a montré sa force en jouant un rôle clé en aidant l’échappée à repousser de manière inattendue les sprinteurs à Bourg-en-Bresse.

Campenaerts a passé la majeure partie de la finale à se sacrifier au nom de son coéquipier Pascal Eenkhoorn, le plus rapide des deux coureurs de Lotto-Dstny dans le mouvement à quatre. Bien qu’Eenkhoorn ait finalement dû se contenter de la deuxième place derrière le vainqueur Kasper Asgreen (Soudal-QuickStep), Campenaerts pouvait tirer une certaine satisfaction du rôle qu’il a joué pour s’assurer que les échappés bouleversent les chances et tiennent le peloton.

Le Belge a ensuite expliqué que l’étape s’était déroulée exactement comme prévu pour Lotto-Dstny, à l’exception des derniers mètres, où Asgreen en avait un peu trop pour Eenkhoorn au sprint.

« Dans le bus, nous avions un plan clair. Nous devions juste être dans l’échappée aujourd’hui, il n’y avait pas d’autre option », a déclaré Campenaerts, qui s’est dûment échappé dans les premiers kilomètres avec Asgreen et Jonas Abrahamsen (Uno-X). « Nous avons dit que si c’était une échappée de dix hommes, nous irions à fond pour moi, mais s’il y avait quatre gars ou moins, alors nous irions très doucement et enverrions quelqu’un à mi-chemin de l’étape. »

Plus facile à dire qu’à faire, mais Lotto-Dstny a réussi à le faire, l’avantage du trio de tête ne dépassant jamais 1:48. A 65 km de la fin, et malgré le découragement évident du maillot vert Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck), qui a tenté de bloquer le mouvement, Eenkhoorn a attaqué depuis le peloton.

En tête, pendant ce temps, Campenaerts a reculé pour accompagner son coéquipier jusqu’à la pause. « A partir de ce moment, on a mis le rythme, et on a très bien travaillé, il y a eu une bonne collaboration dans le groupe », a-t-il expliqué.

Dans la dernière heure de course, une coalition d’équipes de sprinteurs – comprenant Alpecin-Deceuninck, Jayco-Alula et Lidl-Trek – s’est efforcée de ramener les échappés. Le terrain plat et les routes ouvertes n’ont guère aidé leur cause, ni vent de face, mais ils se sont résolument attachés à leur tâche.

A 20 km de l’arrivée, l’écart était de 40 secondes, et leur course semblait courue. Avec 10 km restants, il était tombé à 20 secondes, et ils ont quand même persisté. À ce moment-là, les coéquipiers Soudal-QuickStep d’Asgreen gênaient parfois la poursuite derrière, mais la tâche des évadés semblait toujours désespérée.

« Le peloton est venu assez vite et sur le papier, c’était 100% une étape de sprint, avec de grandes routes et beaucoup de vent de face, mais nous poussions très fort et vite sur ces routes plates », a déclaré Campenaerts, qui a ordonné à Eenkhoorn de se ménager du mieux qu’il pouvait lors du rodage.

« Qu’est-ce que je pensais ? Rouler le plus vite possible. De 10 km à l’arrivée, il était clair que nous devions nous battre jusqu’aux derniers mètres pour rester devant, et à partir de ce moment, j’ai dit à Pascal : « Tu dois sprinter », alors j’ai fait des tractions longues et rapides. l’échappée. »

A environ 1500m de l’arrivée, Campenaerts s’est chargé d’effectuer un long virage final en tête dans le but d’offrir une avance à Eenkhoorn. L’effort a probablement assuré que la pause a repoussé le peloton, bien qu’il ait admis qu’il n’avait pas été en mesure de relancer son coéquipier comme il l’avait prévu.

« J’ai essayé de mener de loin parce que nous nous attendions à ce qu’un sprint rapide soit meilleur pour Pascal, mais j’étais un peu à l’étroit avec 500 m à faire, donc ça a fini par être un sprint plus lent », a-t-il déclaré. « Mais chapeau à Kasper. C’est un coureur très fort, un vainqueur du Tour des Flandres, donc il est fort. Bien sûr, nous visions la victoire, mais nous étions deuxièmes. C’est l’histoire du jour. »

Pas assez. Lorsque Campenaerts a atteint l’arrivée, il a appris qu’il avait été élu coureur le plus combatif de la journée. Il ne finirait pas la journée entièrement les mains vides. « Ce n’est jamais facile de monter sur le podium du Tour de France », a-t-il déclaré, mais ce n’était pas le moment de faire de la fausse modestie. « C’est bien mérité. J’aurais trouvé ça bizarre qu’il soit allé à quelqu’un d’autre… »

A lire également