Remco Evenepoel - "C'était la meilleure façon d'honorer Gino"

Remco Evenepoel – « C’était la meilleure façon d’honorer Gino »

Remco Evenepoel a rendu hommage à Gino Mäder après avoir remporté en solo la victoire de l’étape 7 du Tour de Suisse, affirmant que sa course offensive pour clore une étape sombre était « la meilleure façon d’honorer Gino ».

Le champion du monde s’est montré le plus fort d’un groupe d’élite de coureurs qui s’est formé lors de la dernière ascension de la journée, peu de temps après que le peloton ait franchi le marqueur auquel les temps du GC ont été pris avec 25 km à parcourir.

Par la suite, les coureurs pouvaient choisir comment ils voulaient courir la finale juste un jour après le décès de Mäder. EF Education-EasyPost, Jumbo-Visma et Ineos Grenadiers ont tous poussé le rythme sur l’Otteneberg, mais c’est Evenepoel qui a fait le coup gagnant, se dégageant peu après le sommet.

La course gagnante – la septième de la saison pour Evenepoel – est survenue après une ouverture en sourdine de 170 km de l’étape, qui a vu le peloton rouler ensemble sans aucune attaque avant la marque des 25 km.

« Il était également clair pour vous tous que la course était en quelque sorte neutralisée jusqu’à 25 km de l’arrivée », a déclaré Evenepoel. CyclismePro après sa victoire. « Ensuite, tout le monde était libre de courir, et nous avions prévu que Tim Merlier franchisse la montée et essaie de sprinter. Mais la montée a été très difficile. Wout et son équipe ont été très durs dans la montée.

« D’abord, je voulais aider Tim et Bert dans la montée, mais ils m’ont rapidement crié que je devais y aller moi-même, qu’ils ont vu que j’avais l’air très bien. Je ne suis pas le genre de gars qui abandonne la course, même même si la situation est très, très difficile pour tout le monde.

« À mon avis, c’était la meilleure façon d’honorer Gino. »

Evenepoel a rencontré une certaine résistance sous la forme du néo-pro Jayco-AlUla Welay Berhe, mais le Belge a rapidement poussé seul dans la descente. Il a creusé un écart de 30 secondes et misé sur une poursuite qui comptait parmi ses rangs Wout van Aert (Jumbo-Visma), Tom Pidcock (Ineos Grenadiers) et Neilson Powless (EF Education-EasyPost) – même avec un quasi-raté. tourner à un rond-point en descendant.

Une fois qu’il a atteint la courte section de route plate jusqu’à l’arrivée au bas de la descente, Evenepoel était libre de « laisser les émotions pénétrer », a-t-il déclaré, ajoutant : « C’était juste mon objectif, le gagner pour Gino. »

Après un hommage touchant dans les derniers mètres de l’étape, qui a vu Evenepoel s’embrasser les mains et pointer vers le ciel alors qu’il terminait sa course, l’attention se tournera maintenant vers l’étape de clôture de dimanche et le coup final dans la bataille du GC avec le temps de 25,7 km. procès à Abtwil.

Evenepoel est quatrième au général, à 46 secondes du leader Mattias Skjelmose (Trek-Segafredo), à 38 secondes du deuxième Felix Gall (AG2R Citroën) et à 28 secondes du troisième Juan Ayuso (UAE Team Emirates). Les lacunes ne sont pas incroyablement insurmontables, mais il lui faudra du temps pour organiser un revirement de dernière journée.

« Je pense qu’il sera très difficile de lui enlever le maillot de leader », a déclaré Evenepoel à propos de Skjelmose. « Il a aussi un bon contre-la-montre [he was sixth in the opening time trial – Ed.]. Je vais essayer de rouler au maximum et d’essayer d’aller pour l’étape. Nous verrons quel sera le résultat.

« Je finirai probablement sur le podium si tout se passe bien. Je ne veux rien gâcher, je veux juste faire un bon effort. Je pense que j’ai montré à tout le monde et à moi-même que jour après jour, je suis allé mieux. J’espère que demain sera mon meilleur jour de la semaine, et que je pourrai essayer d’en gagner un de plus, et ensuite nous verrons pour le maillot jaune. »

Même s’il ne revient pas par derrière pour remporter la 12e course par étapes de sa carrière, Evenepoel peut être satisfait de sa semaine de travail lors de sa première course depuis qu’il a attrapé le COVID-19 au Giro d’Italia le mois dernier.

« Mais je pense que je peux être super fier de ce que j’ai montré cette semaine après avoir été malade et après avoir reçu des coups de pied dans la tête après le Giro », a-t-il déclaré. « On verra, et je donnerai mon maximum. C’est un TT dur – un peu de roulis, puis une montée raide, puis une descente, puis une arrivée – ça va être une petite demi-heure à plein gaz . »

A lire également