"Les cétones sont mauvaises pour la crédibilité du cyclisme", prévient le manager de l'équipe TotalEnergies

« Les cétones sont mauvaises pour la crédibilité du cyclisme », prévient le manager de l’équipe TotalEnergies

Le manager de l’équipe Team TotalEnergies, Jean-René Bernaudeau, a appelé l’UCI à interdire les cétones et ainsi mettre fin au débat sur leurs risques et leurs bénéfices. Bernaudeau estime qu’une position claire sur l’utilisation des cétones peut renforcer la crédibilité du cyclisme professionnel.

Les cétones sont apparues pour la première fois il y a plus de dix ans, la Grande-Bretagne aurait augmenté sa récolte de médailles, notamment en cyclisme, aux Jeux olympiques de Londres de 2012 grâce à l’utilisation expérimentale de ce complément alimentaire.

En 2019, Jumbo-Visma a admis avoir utilisé des cétones et plusieurs autres équipes ont commencé à faire de même. Cependant, les membres du mouvement de cyclisme propre MPCC, qui comprend huit WorldTour et 15 ProTeams, ont décidé que leurs membres ne pouvaient pas utiliser de cétones, créant ainsi une division au sein du peloton.

De nombreux coureurs, dont Romain Bardet, Thibaut Pinot ou Guillaume Martin, réclament depuis l’interdiction des cétones, tandis que d’autres les défendent et estiment qu’elles sont efficaces, malgré l’absence de preuves médicales claires.

L’UCI a publié un « avis de non-recommandation » en 2021, appelant les coureurs et les équipes à ne pas utiliser les cétones, même s’ils ne sont pas allés jusqu’à interdire leur utilisation. L’AMA a également choisi de ne pas interdire les cétones, malgré des questions sur leur utilisation à long terme et leurs effets secondaires.

« Les cétones sont une zone grise dans le cyclisme. Ce n’est pas bon pour la crédibilité et l’attractivité de notre sport », a déclaré Bernaudeau. Actualités du cyclisme au camp d’entraînement TotalEnergies en Espagne.

« Tout le monde sait que les cétones sont utilisées par plusieurs équipes, mais personne ne sait ce qu’elles sont réellement. C’est ironique. Les équipes qui disent prendre des cétones prétendent qu’elles n’améliorent pas leurs performances. Alors pourquoi les prennent-ils ?

L’UCI a annoncé qu’elle étudiait l’effet des cétones dans une étude, mais le rapport final, qui devait être publié en 2023, a été reporté à plusieurs reprises. Le professeur Xavier Bigard, directeur médical de l’UCI, a reconnu à L’Equipe qu’il serait « compliqué » d’interdire les cétones.

Bernaudeau souhaite que l’UCI soit plus proactive sur le supplément.

« L’UCI n’agit pas en tant qu’instance dirigeante », a déclaré Bernaudeau, suggérant que « l’UCI devrait suivre les recommandations du MPCC ».

« Le MPCC a poussé l’UCI à interdire le Tramadol. C’est maintenant le moment idéal pour résoudre le cas des cétones.

Bernaudeau estime qu’une interdiction de l’utilisation des cétones pourrait éviter d’éventuels risques pour la santé à long terme et améliorer l’image du cyclisme professionnel aux yeux des sponsors.

« Je rencontre pas mal de PDG préoccupés par les cétones, des PDG d’entreprises très, très importantes en Asie, qui sont stricts en matière de règles, d’éthique et de transparence », a déclaré Bernaudeau.

« Le cyclisme a le potentiel pour devenir le sport numéro un au monde mais n’a pas de véritables sponsors mondiaux », a ajouté Bernaudeau, soulignant à quel point Richard Plugge a eu du mal à trouver de nouveaux soutiens malgré la victoire de Jumbo-Visma sur les trois Grands Tours en 2023.

« Je suis désolé qu’ils ne trouvent pas de plus gros sponsors. Je n’ai rien contre eux, j’aimerais juste que la plus grande équipe ait les plus gros sponsors.

Bernaudeau s’est dit « chanceux » d’avoir l’un des sponsors en titre les plus riches du peloton, même si son équipe n’a pas le budget le plus élevé.

Total a été classée 21e plus grande entreprise au monde sur la base du chiffre d’affaires par Fortune Global 500, avec un chiffre d’affaires de 263,3 milliards de dollars en 2022 et plus de 100 000 employés dans 130 pays.

L’équipe TotalEnergies concourt au niveau ProTeam et s’appuie sur des invitations wild card au Tour de France et à d’autres courses majeures.

« TotalEnergies est arrivé dans le cyclisme en rachetant mon ancien sponsor Direct Energie en 2019 », explique Bernaudeau.

«Je ressens une grande responsabilité envers eux. Le Directoire est très sensible aux questions d’éthique et c’est formidable d’avoir des sponsors avec des valeurs fortes.

Comme après le scandale de dopage de l’affaire Festina en 1998 et la confirmation de l’utilisation généralisée de l’EPO dans le cyclisme professionnel, Bernaudeau estime qu’« il est temps que les sponsors jouent un rôle dans le cyclisme propre ».

« Ils ont le pouvoir de dire à leurs chefs d’équipe et à leurs coureurs d’arrêter d’utiliser des cétones », a déclaré Bernaudeau.

A lire également