Le classement actuel du GC au Tour de France Femmes 2023

Le classement actuel du GC au Tour de France Femmes 2023

Ce n’était peut-être que l’étape d’ouverture du Tour de France Femmes dimanche, mais déjà certains espoirs se sont retrouvés à perdre de précieuses secondes après que les montées agressives avant la ligne, y compris la Côte de Durtol, aient déchiqueté le peloton.

Lotte Kopecky (SD Worx) a remporté l’étape et a enfilé le premier maillot jaune de la course après s’être lancée avec un peu moins de 10 km de course, puis avoir creusé un écart pour terminer en solo, 41 secondes devant un groupe de poursuite d’environ 20, avec sa coéquipière Lorena Wiebes, Charlotte Kool (Team dsm-firmenich) et Marianne Vos (Jumbo-Visma contestant le sprint de ce groupe.

Après les bonifications de temps, Kopecky compte 45 secondes d’avance sur sa plus proche rivale, la vice-championne d’étape Wiebes. C’est un tampon suffisant pour que Kopecky espère conserver le jaune pendant un certain temps, mais SD Worx est toujours complètement derrière Demi Vollering comme la meilleure chance de porter le maillot après l’étape du Tourmalet et la finale du contre-la-montre à Pau après huit jours de course.

Vollering a terminé dans le groupe de chasse derrière Kopecky, qui a été légèrement divisé lors de la course dans la ligne en raison de l’accélération du sprint pour les places restantes sur le podium. La cavalière qui s’est classée deuxième au général en 2022 est maintenant à 53 secondes de son coéquipière vêtue de jaune à 53 secondes parmi un groupe qui comprend la plupart, mais pas la totalité, de ceux qui avaient des projets dans le top dix au classement général.

Les 18 coureurs du groupe de poursuite qui sont en même temps que Vollering comprennent la championne en titre Annemiek van Vleuten et sa coéquipière Movistar Liane Lippert, Elisa Longo Borghini et sa coéquipière Lidl-Trek Amanda Spratt, Ashleigh Moolman-Pasio (AG Insurance-Soudal-QuickStep), Cecilie Uttrup Ludwig et Evita Muzic de FDJ-Suez, Mavi García (Liv Racing TeqFind ), Ane Santesteban (Jayco-AlUla), Veronica Ewers (EF Education-Tibco SVB), Kasia Niewiadoma et Elise Chabbey de Canyon-SRAM, Tamara Dronova (Israel-Premier Tech), Erica Magnaldi (UAE Team ADQ) et la coéquipière de Vollering, Marlen Reusser.

Puis c’est Marta Cavalli (FDJ-SUEZ) qui recule de quelques secondes sur une minute, ce qui en fait trois coureurs bien placés pour FDJ-Suez. Pourtant, Grace Brown, qui est maintenant à deux minutes de retard, avait espéré être là-haut également.

L’équipe UAE ADQ avait peut-être Magnaldi dans le premier groupe de poursuite, mais le cinquième du Giro d’Italia Donne se dirigeait vers la course avec l’espoir d’être dans un rôle de soutien pour Silvia Persico et Olivia Baril, car les deux sont susceptibles de mieux s’en sortir dans le contre-la-montre de la dernière étape. Cependant, à la fin de l’étape 1, Persico était à 1:16 de Kopecky et à 23 secondes des principaux prétendants au GC tandis que Baril a franchi la ligne plus de deux minutes après le vainqueur de la course en solitaire et est à 1:17 du groupe de coureurs dont Van Vleuten et Vollering.

L’équipe dsm-firmenich avait un double objectif pour la journée, et tandis que la lutte pour l’étape a vu Kool monter sur le podium du troisième espoir français du GC, Juliette Labous, qui a terminé deuxième au classement général du Giro d’Italia Donne, a été la victime la plus inattendue de l’ascension de la catégorie trois non loin de l’arrivée. Le joueur de 24 ans qui a terminé quatrième de la course en 2022 avait 1h26 de retard sur le vainqueur belge de l’étape en solitaire après l’étape 1.

« Dans la montée, Juliette n’a pas pu suivre les favoris du classement général et a perdu 43 secondes en franchissant la ligne », a déclaré Kelvin Dekker, entraîneur de l’équipe dsm-firmenich. « Pourtant, nous savons que Juliette s’améliore tout au long d’un Grand Tour, donc nous continuerons à nous battre là-bas. »

Après l’étape 1, Kopecky était également en tête du classement des points et des grimpeurs tandis que le classement des jeunes était dominé par Cedrine Kerbaol (Ceratizit-WNT).

L’étape 2 de lundi offre une autre journée où il pourrait y avoir des écarts de temps, car le peloton devrait être divisé sur les montées avec un parcours vallonné de 148 km jusqu’à Mauriac, dont 2 500 mètres de dénivelé.

Résultats alimentés par FirstCycling

Les classements du Tour de France Femmes

Voici un récapitulatif de tous les maillots proposés sur le Tour de France Femmes.

Maillot Jaune/Maillot Jaune – Le maillot jaune est porté par le leader de la course au classement général qui a bouclé les étapes jusqu’à présent dans le temps cumulé le plus bas.

Maillot vert – Le maillot vert est le classement par points. Les coureurs accumulent des points lors des sprints intermédiaires lors des étapes et également lors des arrivées d’étape, et la femme avec le plus de points est en tête du classement.

Jersey à pois – Le maillot à pois rouge et blanc est le classement de la montagne. Des points sont attribués aux premiers coureurs sur certaines collines et ascensions du Tour de France Femmes, les montagnes les plus dures donnant le plus de points. Une fois de plus, le coureur avec le plus de points est en tête du classement.

Maillot blanc – Le maillot blanc est le meilleur classement jeune coureur. Il fonctionne de la même manière que le maillot jaune, mais seuls les coureurs de moins de 23 ans sont éligibles pour gagner.

A lire également