"Demi en vaut la peine" - Wiebes se prononce sur l'offre de contrat d'un million d'euros de Vollering

« Demi en vaut la peine » – Wiebes se prononce sur l’offre de contrat d’un million d’euros de Vollering

Dans les années 1980, Greg LeMond a été le premier cycliste professionnel à être payé un million de dollars par son équipe, ouvrant la voie à un développement qui ne s’est pas arrêté depuis, transformant de nombreux coureurs masculins de haut niveau en millionnaires.

Des rapports récents indiquent que Demi Vollering (SD Worx-Protime), vainqueur du Tour de France Femmes, a été approché par l’équipe des Émirats arabes unis ADQ avec une offre d’un million d’euros par an, et Actualités du cyclisme a demandé à la coéquipière de Vollering, Lorena Wiebes, ce qu’elle pensait de la question lors de la conférence de presse après sa victoire de l’étape 1 du UAE Tour Women jeudi.

« C’est fou », a été franc Wiebes. «Quand j’ai commencé au Parkhotel Valkenburg, j’étais heureux de faire de mon passe-temps mon travail, mais absolument rien de tel. Pour moi, ce n’est pas qu’une question d’argent, car il faut aussi faire partie d’une équipe dans laquelle on se sent bien », a-t-elle rappelé ses débuts en tant que jeune cavalière et a souligné que l’argent n’est pas tout.

Elle a souligné que la répartition de l’argent au sein du peloton est tout aussi importante, voire même plus importante, que l’augmentation des salaires des meilleurs coureurs.

« C’est bien que les salaires augmentent, mais nous devons aussi penser aux autres coureurs, pas seulement aux meilleurs. Je dirais que Demi en vaut la peine, mais il est également important que les coureurs de soutien aient un bon salaire ; ils sont vraiment importants dans les courses. »

Il s’agit d’une opinion largement répandue au sein du peloton féminin, les coureuses profitant encore et encore de l’occasion pour réclamer des salaires plus élevés à tous les niveaux ou une meilleure couverture télévisée. Ils considèrent également l’augmentation des prix en argent comme une étape moins importante à franchir à ce stade du développement du cyclisme féminin.

Alors que les 15 Women’s WorldTeams sont tenues de payer à leurs coureuses un minimum de 35 000 € (salariées) ou 57 400 € (indépendantes) en 2024, il n’y a pas encore de salaire minimum pour les coureuses des équipes continentales féminines. Alors que les meilleures stars gagnent facilement six chiffres, d’autres coureurs du même peloton courent gratuitement – ​​et comme l’a montré le cas de l’année dernière avec l’équipe cycliste Zaaf, il arrive encore que les coureurs ne soient même pas couverts pour leurs dépenses.

« Il y a encore des coureurs dans le peloton qui ne gagnent rien. Il est vraiment important qu’ils gagnent au moins quelque chose pour la course et qu’ils ne le fassent pas uniquement pour un dossard et un maillot », a déclaré Wiebes à ce sujet.

Bien que Vollering n’ait pas signé le contrat présumé, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ou une autre cavalière vedette suive les traces de LeMond et devienne la première cycliste féminine à gagner un million par an.

Cette évolution doit être saluée comme une nouvelle étape vers l’égalité avec le sport masculin. Mais en même temps, il est important que le sport ne se concentre pas uniquement sur les grands noms – même la meilleure cavalière du monde ne pourrait rien accomplir sans son équipe.

A lire également