David Gaudu "vise toujours le Tour de France GC" malgré la malédiction de la quatrième place

David Gaudu « vise toujours le Tour de France GC » malgré la malédiction de la quatrième place

Qu’en est-il de la quatrième place au classement général du Tour de France ? Au cours des 10 dernières années, seuls deux des coureurs qui ont terminé à une marche du podium – Alejandro Valverde et Primož Roglič – ont réussi à améliorer leur résultat dans l’un des Tours suivants.

David Gaudu (Groupama-FDJ), qui a terminé juste derrière Geraint Thomas et hors du podium du Tour l’été dernier, souffre actuellement de la « malédiction de la quatrième » et pointe actuellement à la huitième place du général. Le Français est resté catégorique sur le fait qu’il est encore possible de revenir dans le match.

Gaudu a beaucoup souffert sur le Puy de Dôme, terminant 25e et perdant plus d’une minute pour la très convoitée troisième place parisienne face à des rivaux du calibre de Tom Pidcock (Ineos Grenadiers), 1h06 à Carlos Rodriguez (Ineos Grenadiers), et 52 secondes à Jai Hindley (Bora-Hansgrohe). C’est une histoire très différente du Tour 2022 où après neuf étapes, certes beaucoup plus faciles, il n’était qu’à 21 secondes du podium et cinquième au général.

Mais bien qu’il se trouve à 3:21 derrière Hindley et qu’il ait évité de parler aux médias après la défaite de dimanche soir, lors d’une conférence de presse le jour de repos de lundi, Gaudu a insisté sur le fait qu’il restait toujours dans le match pour le podium.

« Ce n’était pas le résultat auquel je m’attendais hier », a déclaré Gaudu. « Malgré cela, je m’étais senti très fort pendant l’étape et j’ai pu compter sur une belle équipe. J’ai donc été très déçu.

« Donc, les bonnes sensations étaient là dès la première semaine, même si les résultats n’étaient malheureusement pas à la hauteur de nos attentes. Mais nous avons décidé d’aller chercher le GC, et nous allons continuer à tenir le coup et espérer une meilleure deuxième mi-temps.

Gaudu a fait valoir que même si la première semaine du Tour est toujours chargée, pour lui, la première partie de la course s’était très bien déroulée, soulignant que lui – ainsi que son coéquipier Thibaut Pinot – étaient dans le groupe de tête lorsque les choses se sont effondrées sur scène. 1. Et la course ne s’était pas mal passée dans les Pyrénées non plus. Pourtant, c’est précisément au moment où il se sent le plus fort, sur le Puy de Dôme, que les choses se sont effondrées.

« Mes sentiments de déception sont d’autant plus élevés », a-t-il déclaré, « c’est pourquoi nous allons nous concentrer beaucoup plus maintenant sur la deuxième partie de la course. »

Lorsqu’on lui a directement demandé s’il allait changer sa tactique concernant le GC, Gaudu a nié que ce serait le cas. Il a plutôt dit que l’idée serait de changer la stratégie de son équipe pour pousser ses rivaux plus fort.

« Nos objectifs à notre arrivée étaient très ambitieux, nous voulions faire mieux que l’an dernier, et par défaut cela signifie monter sur le podium ou obtenir le meilleur résultat possible.

« Une semaine seulement s’est écoulée, nous avons perdu du temps, mais le classement général du Tour de France est quelque chose pour lequel nous avons beaucoup de respect. Donc je vais m’y prendre au jour le jour et en équipe, on va essayer d’être plus offensifs dans la deuxième partie de course.

Le coéquipier de Gaudu Pinot, actuellement 15e au général, mais une source inestimable de soutien pour Gaudu même lors de son dernier Tour de France, a fourni une perspective historique sur la situation de Gaudu, arguant en L’Équipe journal que « depuis que je suis devenu pro en 2010, il n’y a jamais eu d’écarts aussi énormes la première semaine [of a Grand Tour].

« Je pense que le podium est encore possible. Et si un podium n’est pas possible, ce n’est pas du tout ridicule. Dans un Tour de France aussi dur que celui-ci, on ne peut pas critiquer le fait de finir cinquième ou sixième. Nous allons juste dire que nous finirons le plus haut possible.

Indépendamment du fait que le Puy de Dôme était une journée difficile pour Groupama-FDJ, Pinot a également déclaré que lui et d’autres coureurs avaient discuté de l’interdiction des spectateurs en bord de route dans les derniers kilomètres pour des raisons environnementales, et bien qu’il ait compris le raisonnement, il y avait un définitif côté négatif de tout cela.

« Beaucoup d’entre nous, coureurs, avons parlé du manque de public sur la dernière partie du parcours, et nous avons pensé que c’était dommage, cela nous ramenait aux années COVID », a-t-il déclaré, alors que les fans étaient également bannis de la touche.

« Ça nous a donc rappelé de mauvais souvenirs, même si l’endroit était magnifique. Il y a des raisons logiques pour lesquelles ils ont fait ça, et que je comprends, mais pour nous, le public est ce qui fait le Tour.

Lui-même en quête d’une victoire d’étape de montagne, ajoute Pinot, « comme on nous l’a souvent répété, il reste encore beaucoup de chemin à faire. Nous n’en sommes qu’au neuvième jour de la course, nous n’avons pas encore fait d’étapes de montagne massives. Les étapes que nous avons parcourues ont été relativement plates au début puis dures à la fin, ce qui vous empêche de faire autre chose que suivre les roues. Mais à partir de la deuxième semaine, nous aurons la chance de faire quelque chose de différent. »

« Si on regarde le carnet de route comme un repas, on voit qu’on a mangé l’entrée mais qu’on n’a pas encore abordé les plats principaux et encore moins le dessert », ajoute le gérant Marc Madiot. « Beaucoup de choses peuvent encore arriver. »

A lire également