Caleb Ewan survit au temps coupé du Tour de France mais les sprinteurs craignent les Alpes

Caleb Ewan survit au temps coupé du Tour de France mais les sprinteurs craignent les Alpes

Caleb Ewan (Lotto-Dstny) s’est battu pour battre le temps coupé lors de l’étape 12 du Tour de France 2023 après une journée de course brutale, mais doit maintenant se battre à travers le Jura et les Alpes s’il veut se rendre à la journée de repos de lundi et finalement à Paris.

Ewan est sorti à l’arrière du peloton lors de l’étape 12 dès que le drapeau a été baissé et qu’une lutte de près de 90 kilomètres pour la pause a commencé. Heureusement, son coéquipier de Lotto Dstny, Jasper de Buyst, était là pour l’aider et ils ont survécu à l’une des journées les plus difficiles de la course jusqu’à présent.

Ils ont terminé à seulement six minutes du temps imparti de 44 minutes, Ewan et son homme de tête ont franchi la ligne à Belleville-en-Beaujolais bras dessus bras dessous après leur bataille solitaire en fin de course. Une vidéo Twitter de Lotto-Dstny a montré le duo retournant au bus de l’équipe, épuisé mais toujours dans le combat.

« Aujourd’hui, c’était nul… mais nous y sommes parvenus », a simplement résumé Ewan sur Instagram tout en remerciant De Buyst de l’avoir aidé à le ramener à la maison près de dix minutes après l’arrivée du grand groupe contenant la majorité des sprinteurs.

Le colocataire de De Buyst sur le Tour, Victory Campenaerts (Lotto-Dstny), était l’un des coureurs qui se battaient pour la pause et a finalement terminé 10e après avoir vécu la course non-stop de première main.

« C’était incroyablement difficile », a déclaré Campenaerts en résumant l’étape. « Il y a deux jours [stage 10] a été l’une des étapes les plus difficiles que j’ai jamais faites et beaucoup de coureurs ont convenu que c’était l’une des étapes les plus difficiles de la carrière de tout le monde, mais je pense que beaucoup de coureurs conviendront que celle-ci était encore plus difficile.

Ewan devra maintenant faire face à trois jours de course difficile dans les montagnes pour tenter de se qualifier pour la deuxième journée de repos, avec l’étape d’aujourd’hui jusqu’au Grand Colombier probablement la plus facile des trois épreuves, avec un parcours relativement facile précédant l’arrivée au sommet.

Les étapes 14 et 15 qui sont les plus menaçantes, toutes deux comportant cinq ascensions classées, plus de 4000 m de dénivelé et des profils dont la difficulté augmente de façon exponentielle au fil des kilomètres.

De Buyst et co seront la clé pour garder Ewan dans la course et en mesure de se battre pour d’éventuelles victoires au sprint sur les étapes 18, 19 et le dernier jour à Paris.

Deux des sprinteurs vedettes ont déjà abandonné le Tour de France 2023. Mark Cavendish (Astana Qazaqstan) après s’être cassé la clavicule lors de l’étape 8 et Fabio Jakobsen (Soudal-QuickStep) qui n’a pas pris le départ de l’étape 12 suite à une incapacité à se remettre de blessures subies lors de l’étape 4.

Jakobsen avait battu le temps coupé deux jours avant d’abandonner à l’étape 10 dans un groupe contenant Ewan et les coureurs de tête de leurs équipes respectives, mais ni lui ni Ewan n’ont pu participer correctement au sprint groupé de l’étape 11 et tous deux ont terminé en dehors du top dix à la ligne.

Ewan a frôlé la victoire dans la course de 2023 avec une troisième et une deuxième place lors des deux premiers sprints groupés, mais n’a pas pu battre Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck) et le Belge a dominé les quatre sprints plats jusqu’à présent. .

Ewan a déjà gagné sur les Champs Élysées dans sa carrière (2019), il sera donc convaincu que s’il parvient à franchir ces prochaines étapes incroyablement difficiles, il peut gagner et gagnera. Si ce n’est pas sur la dernière étape, alors sur l’une des deux chances précédentes.

A lire également