Mohoric et Almeida mènent la bataille ultra-serrée du GC du Tour de Pologne jusqu'à l'étape finale de l'épreuve de force

Mohoric et Almeida mènent la bataille ultra-serrée du GC du Tour de Pologne jusqu’à l’étape finale de l’épreuve de force

Deux secondes en 2019, en 2017 et en 2015, cinq secondes en 2012, six secondes en 2011 et huit secondes en 2014 et 2010 : depuis que la course a rejoint le WorldTour en 2007, le classement général du Tour de Pologne est décidé par quelques marges très serrées. Mais pour une finale de GC ultra serrée, l’édition 2023 pourrait bien tous les battre.

Quelques centièmes de seconde seulement séparent actuellement le leader de la course Matej Mohorič (Bahrain Victorious) du vice-champion João Almeida (UAE Team Emirates) après le contre-la-montre de l’étape 6 à Katowice qui devait fournir un format définitif au Tour de Pologne au général . Au lieu de cela, avec une seule étape à parcourir, la différence entre les deux meilleurs coureurs de l’événement pourrait difficilement être plus proche.

Les bonus de temps sur l’étape de 166,6 km normalement solennelle et principalement plate vers Cracovie vendredi pourraient encore jouer un rôle crucial dans la bataille globale.

Trois, deux et une secondes sont proposées lors du sprint intermédiaire de la journée à Wilamowice au km 67,5, et après le dernier des trois tours de cinq kilomètres autour du parc Blonie de Cracovie, une bonification de dix, six et quatre secondes ira à les trois premiers franchissent la ligne d’arrivée sur la large avenue Marszałka Ferdynanda Focha.

Avec Michal Kwiatkowski (Ineos Grenadiers), troisième, à 14 secondes relativement éloignées, la bataille pour la victoire devrait théoriquement se résumer à un duel Mohorič-Almeida. Mais comme Mohorič l’a dit aux journalistes après sa défense de la tête du classement général lors du contre-la-montre de l’étape 6, il croit fermement en ses chances de garder le jaune jusqu’à l’arrivée.

« Je suis convaincu qu’avec mes coéquipiers, je peux défendre cette avance », a déclaré Mohorič. « S’ils optent pour des secondes de bonus, moi aussi, je pense que je suis plus rapide dans un sprint de bonus, alors nous verrons. »

« S’ils décident d’y aller, nous relèverons le défi, nous nous battrons jusqu’à l’arrivée. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il s’attendait honnêtement à se voir en tête après avoir minimisé ses chances de le défendre dans le contre-la-montre toute la semaine, Mohorič a répondu qu’il l’avait fait, mais qu’il n’avait rien voulu dire au cas où « parce que vous semblez arrogant ».

« Je savais que j’avais les jambes de ma vie, et j’étais deuxième du contre-la-montre mondial junior, donc je ne suis pas trop mauvais. Mais évidemment, dans le Tour et tout le reste, je ne me suis pas trop entraîné sur mon vélo de contre-la-montre. Mais quand tu as de bonnes jambes, tu as de bonnes jambes.

Mohoričv a rappelé aux journalistes qu’il a une histoire de ce genre de scénario GC de dernière minute et cliffhanger. L’année dernière, alors qu’il était deuxième le dernier jour de la course CRO, il a arraché le général à Jonas Vingaard (Jumbo-Visma) à la dernière occasion possible en saisissant quelques secondes de bonus lors du sprint final du peloton vers Zagreb.

Cette victoire contre le Danois était d’une seconde, mais ici l’écart pourrait être encore plus étroit. Ce genre de bilan montre simplement que, comme il l’a dit, « je suis prêt à relever le défi demain ».

En ce qui concerne ce qui lui a donné le plus de satisfaction, conserver le maillot dans un contre-la-montre ou conquérir l’arrivée en montée de l’étape 2 du Tour de Pologne à Karpacz – également contre Almeida – Mohorič a déclaré « gagner une étape est toujours agréable. J’étais fier aussi, notamment parce que Karpacz a été l’étape la plus difficile de la course. »

« Aujourd’hui, il était évident que João allait être un peu plus rapide car il passe beaucoup plus de temps sur le vélo de contre-la-montre car c’est plus important pour lui en tant que candidat au GC. »

« Moi, je suis juste un opportuniste du GC, je prends une chance quand j’en ai mais je ne me concentre pas uniquement là-dessus, je fais aussi les Classiques. Donc un contre-la-montre n’est pas forcément ma priorité absolue tout au long de la saison. »

Deuxième de l’étape avec 13 secondes d’avance sur Mattia Cattaneo (Soudal-QuickStep) et deuxième au général avec le strict minimum sur Mohorič, Almeida est resté catégorique sur le fait qu’il ne jetterait pas l’éponge avant la ligne d’arrivée finale vendredi.

« C’est une situation nouvelle pour moi, mais il y a une première fois à tout », a-t-il déclaré. « Je pense que ce sera une arrivée au sprint, mais nous verrons comment ça se passe. »

« Il y a aussi un bonus de temps au milieu de l’étape, mais il est peu probable que nous en ayons l’occasion s’il y a des échappées. C’est presque mission impossible, mais je ne pense pas pouvoir battre les sprinteurs. Si l’occasion se présente, cependant , Je le prends. »

Il est également possible que les Émirats arabes unis fassent fi de toute prudence et essaient de faire quelque chose de fou, suggère un journaliste, et Mohorič, car l’un d’entre eux ne semblait guère surpris par cette perspective.

« Pas du tout. Ils vont essayer, ils doivent essayer, ils n’ont rien à perdre », a-t-il commenté. « J’ai gagné le Tour de Croatie en arrachant le maillot de leader lors de la dernière étape d’un sprint massif. »

« Mais João a aussi d’autres objectifs, il va à la Vuelta donc je ne sais pas s’il est prêt à risquer une chute dans un sprint. »

« Cependant, s’il est prêt à relever le défi, je suis plus qu’heureux de le relever. Je ferai en sorte demain de ne pas le perdre de vue, que ce soit dans l’étape ou en finale. »

A lire également