Maxim Van Gils écope d'une suspension de 25 jours pour avoir frappé un coureur lors du critérium de la Coupe du Japon

Maxim Van Gils écope d’une suspension de 25 jours pour avoir frappé un coureur lors du critérium de la Coupe du Japon

Lotto-Dstny sera privé de son jeune talent Maxim Van Gils pour le début de la saison 2024 après que le Belge s’est vu imposer une suspension de 25 jours pour avoir frappé le pilote Matrix Powertag Georgios Bouglas à l’arrivée du Critérium de la Coupe du Japon.

Van Gils, 24 ans, a été filmé par des caméras de télévision en train de balancer son bras et apparemment de frapper le coureur grec à l’arrière de la tête alors que le duo terminait aux 10e et 8e places lors de la course d’octobre.

Lundi, l’UCI a annoncé que Van Gils serait absent pendant 25 jours à compter du 20 janvier 2024, ce qui signifie qu’il ne pourra pas participer au début de la saison WorldTour au Tour Down Under et à Cadel Evans Great. Course sur route de l’océan.

La suspension signifie qu’il ne pourra pas non plus participer à la Volta a la Comunitat Valenciana, à la Figueira Champions Classic, au Tour d’Oman, à la Clásica de Almería, à la Volta ao Algarve et à la Vuelta a Andalucía, ainsi qu’à des courses moins importantes comme le Mallorca Challenge, Saudi Tour, GP de La Marseillaise, le Tour Colombia, l’Etoile des Bessèges, le Tour de la Provence, la Vuelta a Murcia et la Clásica Jaén.

Van Gils pourra reprendre la compétition le 15 février, à temps pour l’UAE Tour et le Tour des Alpes-Maritimes.

« L’UCI annonce que la procédure disciplinaire qui avait été engagée contre le coureur belge Maxim Van Gils en relation avec l’incident survenu à l’arrivée du critérium de la Coupe du Japon le 14 octobre a été clôturée », peut-on lire dans un communiqué publié par l’UCI.

« Une séquence vidéo de l’incident montre Maxim Van Gils frappant un autre coureur à l’arrière de son casque sur la ligne d’arrivée. Le coureur a reconnu la violation de l’article 12.4.009 du Règlement UCI et a accepté la sanction proposée par l’UCI. Maxim Van Gils purgera une période de suspension de 25 jours à compter du 20 janvier 2024.

« Après ratification de la sanction proposée par la Commission Disciplinaire de l’UCI, la procédure a été réglée au moyen d’une Acceptation des Conséquences conformément à l’article 12.6.019 du Règlement UCI.

« La sécurité des coureurs ainsi que des personnes dans le convoi de course et au bord de la route est une priorité pour l’UCI. Elle ne peut donc tolérer des comportements compromettant la sécurité lors des compétitions de son Calendrier International et rappelle à toutes ses parties prenantes la nécessité de respecter ses Règlements ou faire face à des mesures disciplinaires. « 

L’interdiction de Van Gils n’est pas la seule sanction infligée à Lotto-Dstny ces derniers jours.

La semaine dernière, l’UCI a décidé que l’ancien directeur sportif de son équipe de développement Continental, Carl Roes, s’était vu imposer une suspension de six mois, à compter également du 20 janvier.

Le Belge a été surpris en train d’enfreindre le règlement 2.2.038 après avoir ignoré les instructions d’un commissaire de course puis l’avoir poussé au sol lors du GP Rik Van Looy en septembre. Roes a été suspendu par l’équipe à la suite de l’incident et a ensuite démissionné de son rôle.

« L’UCI annonce que la procédure disciplinaire engagée contre Carl Roes en relation avec l’incident survenu lors du Grote Prijs Rik Van Looy en Belgique le 17 septembre est terminée », a annoncé l’UCI vendredi dernier.

« Au retour sur le parcours après une déviation, Carl Roes, directeur sportif et pilote de l’équipe de développement Lotto Dstny, a ignoré les instructions d’un commissaire de course, a manœuvré autour de lui et l’a poussé au sol. Carl Roes a reconnu la violation de l’article 2.2. .038 du Règlement UCI et a accepté la sanction proposée par l’UCI. Carl Roes purgera une période de suspension de six mois à compter du 20 janvier 2024.

« Après ratification de la sanction proposée par la Commission Disciplinaire de l’UCI, la procédure a été réglée au moyen d’une Acceptation des Conséquences conformément à l’article 12.6.019 du Règlement UCI.

« La sécurité des coureurs, des personnes dans le convoi de course et au bord de la route est une priorité pour l’UCI. Elle ne peut donc tolérer des comportements compromettant la sécurité lors des compétitions de son Calendrier International et rappelle à toutes ses parties prenantes la nécessité de se conformer à son Règlement ou faire face à des mesures disciplinaires. »

A lire également