Le Samyn : Laurenz Rex remporte la victoire après une frayeur prématurée lors de la célébration

Le Samyn : Laurenz Rex remporte la victoire après une frayeur prématurée lors de la célébration

Laurenz Rex (Intermarché-Wanty) a remporté la victoire au Samyn, non sans frayeur, manquant presque de détruire son travail par une célébration prématurée.

Le Belge a pris l'avant lors d'un sprint de groupe réduit à la fin de la semi-classique belge, mais alors qu'il arrêtait de pédaler et commençait à lever les bras, António Morgado (UAE Team Emirates) est soudainement apparu en périphérie à sa droite. .

Paniqué, il a rapidement baissé les bras, secoué la tête et a été contraint à une attente atrocement longue pendant que les officiels de la course examinaient la photo d'arrivée.

Après environ 10 minutes, il a été confirmé vainqueur et a pu s'en imprégner.

« J'ai levé les bras trop tôt mais je n'ai senti personne derrière moi. Il est arrivé avec un saut sur la ligne, mais j'ai finalement eu de la chance de mon côté », a déclaré Rex, qui a remporté la première victoire de sa carrière.

Jenthe Biermans (Arkéa-Samsic) complète le podium, un jour où le grand favori d'avant-course, Arnaud De Lie (Lotto Dstny) a abandonné avec colère, s'est écrasé en revenant sur une mécanique et a remontré avec sa voiture d'équipe avant de monter sur sa voiture. bus avec un tour restant.

Une course mouvementée avec une fin dramatique

Il s'agissait d'une édition accidentée de la semi-classique belge, qui comportait un certain nombre de secteurs pavés sur le circuit de 26 km autour de Dour et Quaregnon, et qui s'est finalement réunie pour un sprint d'un groupe de 30 coureurs.

L'échappée du jour a été rattrapée à 50 km de l'arrivée, déclenchant une nouvelle attaque de Jonas Rickaert (Alpecin-Deceuninck), ensuite rejoint par Pavel Bittner (dsm-firmenich PostNL) et Thomas Gachignard (Total Energies).

Le dernier tour a commencé avec un Rickaert vide qui a été abandonné, le peloton réduit étant à 25 secondes des deux leaders restants. Autre concurrent sérieux, Matteo Moschetti (Q36.5) a chuté dans une grosse chute sur le tarmac, mais ce qui restait du peloton a pris d'assaut et a bloqué l'échappée dans les secteurs pavés consécutifs de la rue de la Roquette et de la rue de Wihéries.

Les attaques allaient et venaient lors de la course, avec Rex lui-même impliqué alors que la course devenait indisciplinée. Cependant, Uno-X a réussi à s'imposer sur le dernier secteur dans les 3 derniers kilomètres et, comme les choses ne se sont pas divisées là-bas, un rodage plus contrôlé s'est ensuivi.

DSM a remplacé Casper van Uden par l'intermédiaire de l'ancien vainqueur de Paris-Roubaix John Degenkolb mais a ensuite complètement disparu, tandis qu'Alpecin et Arkéa ont tous deux effectué des relais face au vent alors que la route s'éternisait dans le dernier kilomètre. Biermans a lancé le sprint sur son leader alors que Rasmus Tiller (Uno-X) s'ouvrait au centre, mais Rex sortait de sa roue et, malgré un moment de pause, a lancé en deux parties pour le prendre en tête.

Il n'a pas remarqué Morgado, le talent portugais de 20 ans, qui se mordillait sur sa droite, et presque aussitôt qu'il a commencé à célébrer, il était de retour au sol et prêt à se battre. En fin de compte, cela n’était pas nécessaire et sa première victoire professionnelle a été accueillie par un immense soupir de soulagement.

« La course était magnifique. L’équipe croyait complètement en moi, j’étais leur capitaine, leur leader aujourd’hui, et tout le monde a fait ce que je disais », a noté Rex. « Pendant le sprint, je regardais les panneaux, 250 m… Je savais que c'était un sprint en montée donc il ne fallait pas y aller trop tôt, et j'ai sprinté avec tout ce que j'avais, avec tout ce que l'équipe a fait pour moi aujourd'hui. »

A lire également