Le propriétaire d'Ineos, Jim Ratcliffe, fait appel à l'UCI pour une « action réelle » sur la sécurité des coureurs

Le propriétaire d'Ineos, Jim Ratcliffe, fait appel à l'UCI pour une « action réelle » sur la sécurité des coureurs

Un peu plus d'une semaine après l'accident d'horreur qui a tué de nombreux coureurs au Pays Basque d'Itzulia et laissé plusieurs favoris du Tour de France gravement blessés, le propriétaire d'Ineos Grenadiers, Jim Ratcliffe, a publié une lettre ouverte à l'instance dirigeante du sport, l'UCI. , appelant à mettre davantage l'accent sur la sécurité des conducteurs.

Publiée vendredi matin par le propriétaire du géant pétrochimique Ineos, la lettre de Ratcliffe souligne la transformation des règles de sécurité de la Formule 1 à la lumière du décès d'Ayrton Senna en 1994.

Après la mort du Brésilien et de Roland Ratzenberger au Grand Prix de Saint-Marin, l'instance dirigeante du sport, la FIA, a introduit de nombreux nouveaux protocoles tels que des barrières de sécurité et des normes de sécurité renforcées en cas de collision, ce qui a permis de réduire le nombre de morts au plus haut niveau de la compétition. sport automobile.

« Cela contraste fortement avec le cyclisme où, jusqu'à présent, les instances dirigeantes ont apporté très peu de changements et où les accidents graves sont fréquents », a écrit Ratcliffe.

Le milliardaire britannique a souligné les chutes subies par Jonas Vingegaard (Visma-Lease a Bike), Remco Evenepoel (Soudal Quick-Step) et Primož Roglič (Bora-Hansgrohe) lors de la 4e étape d'Itzulia Pays Basque la semaine dernière, avec Vingegaard et Evenepoel tous deux. souffrant de fractures et Roglič a été exclu des Classiques ardennaises pas plus tard que vendredi matin.

Ratcliffe a également souligné les blessures subies par ses propres coureurs Ineos Grenadiers à l'entraînement depuis qu'il a acquis la pleine propriété de l'équipe de Sky Group UK en 2019.

« Même pendant l'entraînement, les meilleurs coureurs courent de sérieux risques. En effet, les Ineos Grenadiers ont eu deux horribles accidents ces dernières années, impliquant tous deux des vainqueurs du Tour de France », a-t-il écrit.

« Chris Froome a subi une fracture ouverte du fémur lors d'une sortie de reconnaissance et Egan Bernal s'est cassé le dos et de nombreux autres os lors d'une sortie d'entraînement. Tous deux ont eu la chance de pouvoir même remonter sur un vélo. »

Ratcliffe est récemment apparu sur le podcast du Geraint Thomas Cycling Club et a rappelé le moment où lui aussi a subi une chute alors qu'il roulait avec Froome à la suite de l'incident potentiellement mortel du quadruple champion du Tour de France. Ratcliffe a échappé à des blessures graves, mais le danger de rouler sur la voie publique est clairement au premier plan des préoccupations du joueur de 71 ans alors que son équipe se prépare pour le premier Grand Tour de la saison, le Giro d'Italia.

Là-bas, l'équipe britannique sera dirigée par Geraint Thomas, un coureur trop familier avec les dangers du cyclisme professionnel. Quant à ce qui pourrait être fait pour protéger les sportifs d'élite qui repoussent leurs limites, Ratcliffe a salué l'introduction du groupe SafeR de l'UCI.

« En juin, l'UCI a annoncé la création de SafeR, une entité spécialisée chargée de superviser tous les aspects de la sécurité cycliste. Pour la première fois, le sport disposera d'un organisme de sécurité dédié dont la seule préoccupation est de rendre le sport plus sûr, en réduisant les risques pour pilotes et spectateurs sans perdre le plaisir de la course », a-t-il écrit, faisant une fois de plus des comparaisons avec la Formule 1 des 30 dernières années.

La société pétrochimique Ineos de Ratcliffe est actionnaire à hauteur d'un tiers de l'équipe de Formule 1 Mercedes-AMG Petronas et l'homme de 71 ans continue d'être fortement impliqué au sein du groupe Ineos Sport, d'Ineos Grenadiers et Manchester United à l'équipe de voile de l'America's Cup de Ben Aislie. et le club de football français, l'OGC Nice.

Le Britannique a terminé sa lettre par un appel à l'UCI pour qu'elle prenne des mesures concrètes en matière de sécurité des coureurs, sans proposer de modifications spécifiques à la réglementation en vigueur.

« Je félicite l'UCI d'avoir pris en compte ces problèmes et d'avoir accepté de soutenir la création de SafeR. Nous avons maintenant besoin de mesures concrètes pour garantir la sécurité du sport. »

Avec la vague d'accidents à grande vitesse qui ont récemment frappé le peloton et le rôle toujours croissant des Cyclistes Professionnels Associés sous la direction d'Adam Hansen, la sécurité des coureurs est placée tout en haut de l'agenda de l'UCI, si ce n'était le cas. là déjà.

Ratcliffe est le premier propriétaire d'équipe à publier une lettre ouverte à l'UCI à ce sujet.

A lire également