La Flèche Wallonne : Stevie Williams s'impose au sommet du Mur de Huy dans des conditions apocalyptiques

La Flèche Wallonne : Stevie Williams s'impose au sommet du Mur de Huy dans des conditions apocalyptiques

Stevie Williams d'Israël-Premier Tech a produit un effort époustouflant pour remporter La Flèche Wallonne mercredi après-midi, attaquant à 275 m de l'arrivée lors de l'ascension finale de l'emblématique Mur de Huy.

Son accélération initiale était toute-puissante et l'a vu développer un écart inattaquable avec ses rivaux derrière, Williams bafouillant avant la ligne mais ayant ouvert suffisamment d'avantage pour lui permettre de remporter la plus grande victoire de sa carrière à ce jour.

Derrière Williams, Kévin Vauquelin d'Arkéa-B&B Hotels prend la deuxième place, tandis que Maxim Van Gils de Lotto Dstny complète le podium du jour en troisième position.

Plus tôt dans la journée, les conditions misérables avaient mis la course en pièces alors que diverses équipes cherchaient à rendre l'action aussi difficile que possible. Entre leur rythme, les vents latéraux et les pluies intenses, bon nombre des grands favoris de la journée tels que Marc Hirschi (UAE Team Emirates), Tom Pidcock (Ineos Grenadiers) et Mattias Skjelmose (Lidl-Trek) ont été éliminés.

Avant l'ascension finale du Mur de Huy, le travail d'Uno-X Mobility et de Visma-Lease a Bike a été crucial pour garantir que le vainqueur serait désigné parmi un peloton réduit.

« Quelle journée, quelle journée, je suis tellement heureux en ce moment. Je n'arrive pas à croire que je viens de gagner la Flèche. Je regarde cette course depuis des années et j'ai toujours voulu venir ici avec de bonnes jambes pour essayez de le gagner », a déclaré Williams après l'arrivée.

« J'aime courir dans ce genre de temps et repartir avec la victoire, je suis aux anges. Les garçons m'ont soutenu toute la journée et m'ont donné la meilleure chance d'essayer de faire un résultat aujourd'hui.

« (Je suis) à court de mots, vraiment très ému. C'est un sport vraiment difficile et gagner des courses de vélo est difficile, surtout ici dans les Classiques. »

Breakaway fait du foin pendant que le soleil brille

L'action n'a pas manqué en début de journée, avec une multitude de coureurs cherchant à échapper au peloton quelques minutes après la chute du drapeau. Comme il fallait s'y attendre, les UCI ProTeams ont été très actives en essayant d'envoyer leurs coureurs sur la route et de gagner du temps devant les caméras, mais il y a également eu un certain engagement de la part de quelques WorldTeams.

L'élite du cyclisme était représentée par Lilian Calmejane (Intermarché-Wanty) et Igor Chzhan (Astana Qazaqstan), tous deux en tête à quelques kilomètres. Le duo était suivi par Alan Jousseaume (TotalEnergies), James Whelan (Q36.5 Pro Cycling) et Txomin Juaristi (Euskaltel-Euskadi).

L'échappée a été rapidement complétée par l'ajout de Johan Meens de Bingoal WB. Son coéquipier Aaron Van der Beken avait également tenté de passer, mais n'avait pas réussi et avec Meens en tête, leur équipe était représentée. Le joueur de 24 ans était finalement le seul Belge dans une échappée de six coureurs qui se sont rapidement laissés distancer de plusieurs minutes par le peloton content derrière.

Leur journée s'annonçait relativement tranquille, avec un ciel bleu au-dessus de leur tête et un écart sain de près de cinq minutes se maintenant pendant environ 70 km. Cependant, les choses ont pris une tournure radicale alors que la course se dirigeait vers les 100 derniers kilomètres d'action.

Plusieurs favoris ont craché du peloton sous une pluie torrentielle

Le ciel s'est ouvert et a envoyé du vent, de la grêle et même de la neige pendant les heures suivantes, tandis que la Flèche Wallonne se déchirait dans des scènes inédites depuis plus de 20 ans. Sentant une opportunité de rendre la course incroyablement difficile, Domen Novak et UAE Team Emirates ont établi un rythme effréné sur la Côte d'Ereffe et alors que les vents latéraux fouettaient le peloton, le peloton a commencé à se diviser.

À l'arrière se trouvaient Romain Grégoire (Groupama-FDJ), Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe) et Michael Matthews (Jayco AlUla), tandis que Chzhan en avait assez vu devant et succombait au peloton derrière. Avec le rythme accéléré et la course bel et bien lancée avec plus de 75 km à parcourir, EF Education-EasyPost a contribué à accélérer le rythme en tête du peloton et un par un, certains des grands favoris de la course ont commencé à accepter la défaite.

Dylan Teuns (Israel-Premier Tech) et Pello Bilbao (Bahrain Victorious) ont été deux des premiers à être abandonnés dans des conditions misérables, bientôt suivis par Mattias Skjelmose (Lidl-Trek) et Tom Pidcock (Ineos Grenadiers). La Groupama-FDJ place ses coureurs en tête du peloton et l'échappée est rapidement rattrapée au milieu de la mêlée.

À l'approche des 60 derniers kilomètres, le peloton avait été considérablement réduit en nombre et se retrouvait sans deux autres grands favoris, Marc Hirschi (UAE Team Emirates) et Mauri Vansevenant (Soudal Quick-Step). l'Amstel Gold Race du week-end avait été évitée au premier plan des débats.

En l'absence de toute forme de contrôle, les attaques étaient fréquentes en tête du peloton alors que la course entamait ses 50 derniers kilomètres. Tandis que Søren Kragh Andersen (Alpecin-Deceuninck) poursuivait sa route, probablement dans l'espoir avant tout de rester au chaud, tel était l'état de la météo en Belgique.

Alors que la course ne faiblit pas, Tiesj Benoot (Visma-Lease a Bike) a eu du mal à enfiler une paire de gants sur ses mains gelées et Stevie Williams, d'Israel-Premier Tech, a été régulièrement filmé en train de lui serrer la main dans le but de faire pomper le sang. Cela s’est rapidement transformé en la course de Flèche Wallonne la plus attritionnelle jamais vue depuis des décennies.

Kragh Andersen démarre

Kilomètre par kilomètre, le mouvement opportuniste de Kragh Andersen a commencé à paraître de plus en plus intelligent à mesure que son écart avec le peloton s'élargissait. Le Danois a pu creuser un écart de plus d'une minute sur le peloton réduit et sa forme était si bonne que Kragh Andersen est devenu le premier coureur à enlever sa veste de pluie. En solitaire, il aborde l'avant-dernière ascension finale du Mur de Huy avec 1'24'' d'avance.

Son écart est resté à 1:10 alors qu'il franchissait le Mur de Huy, avec Williams venant du peloton derrière.

Williams s'est montré le plus beau lors de l'avant-dernière ascension mais s'est intégré à un groupe de cinq poursuivants qui comprenait également Richard Carapaz (EF Education-EasyPost), Santiago Buitrago (Bahrain Victorious), Kévin Vauquelin (Arkéa-B&B Hotels) et Maxim Van Gils ( Loto Dstny).

Uno-X Mobility et Visma-Lease a Bike se sont mobilisés derrière et alors que les 20 derniers kilomètres apparaissaient, l'avantage de Kragh Andersen était en jeu à 21 secondes des cinq poursuivants et 45 secondes au peloton. Ses rêves ont cependant été rapidement anéantis, avec Uno-X Mobility ramenant le peloton vers les poursuivants et la course était de retour en tête avec 14,5 km à parcourir.

L'équipe scandinave avait envie de passer à l'attaque avant l'ascension finale du Mur de Huy, mais Tim van Dijke a rassemblé la tête du peloton avec son coéquipier de Visma-Lease a Bike, Johannes Staune-Mittet. Leur confiance dans les chances de Tiesj Benoot était forte.

Le Mur de Huy devait désigner le vainqueur.

A lire également