Niewiadoma frustré par la désorganisation de la poursuite du Tour de France Femmes

Niewiadoma frustré par la désorganisation de la poursuite du Tour de France Femmes

La force inégalée de Lotte Kopecky lors de l’ascension finale lui a valu la victoire de l’étape 1 du Tour de France Femmes, mais cela a laissé les membres du groupe de chasse sélectionné se demander s’ils auraient pu faire plus pour empêcher une autre victoire de SD Worx.

« Je me sens frustrée par la façon dont j’ai roulé dans la finale », a déclaré Kasia Niewiadoma alors qu’elle se calmait sur l’entraîneur après l’ouverture vallonnée. L’étape s’est terminée par une ascension de catégorie 3 sur la Côte de Durtol qui a culminé avec 9 km à parcourir, suivie d’une descente rapide et d’un rodage vers Clermont-Ferrand.

« Je me sentais fort et en forme, et aujourd’hui j’ai montré que je ne m’en servais pas. J’espère que cela va changer car c’est ennuyeux de venir aux courses en se sentant bien et sans rien faire.

« Je pense que j’ai vraiment foiré quand Lotte est partie. Je viens de perdre quelques secondes. J’essayais de sortir d’Ashleigh Moolman [Pasio] ‘s wheel parce qu’elle me bloquait un peu. C’est dommage pour nous que ça se soit terminé comme ça parce que je pense qu’on aurait pu avoir un meilleur résultat. »

Kopecky a attaqué à mi-chemin de la montée finale et a immédiatement ouvert un petit écart, qui s’est creusé au sommet et au rodage, franchissant la ligne d’arrivée 41 secondes avant un sprint en petit groupe remporté par sa coéquipière Lorena Wiebes.

Parmi le groupe de chasse initial se trouvaient plusieurs coureurs de FDJ-SUEZ ; Marta Cavalli, Evita Muzic et Cecilie Uttrup Ludwig, Canyon-SRAM ; Niewiadoma, Ricarda Bauernfeind, Elise Chabbey et Movistar avec la championne en titre Annemiek van Vleuten et Liane Lippert. Il y avait aussi les coureurs individuels Demi Vollering (SD Worx), absous de poursuivre sa coéquipière sur la route, Elisa Longo Borghini (Lidl-Trek) et Mavi Garcia (Liv Racing TeqFind).

Il y avait peu d’organisation parmi le groupe de poursuite derrière Koepcky, Cavalli suggérant que Vollering « interrompait » leurs efforts de poursuite en roulant vers l’avant et en ralentissant. Un deuxième groupe sur la route qui comprenait Marlen Reusser et Wiebes (SD Worx) et Marianne Vos (Jumbo-Visma) s’est reconnecté avec 2 km à faire, mais à ce moment-là, Kopecky avait gagné 40 bonnes secondes sur le chemin de la victoire d’étape.

« Ce n’était certainement pas [organized]. Tous les groupes de l’arrière sont revenus ensemble, ce qui a montré que nous ne roulions pas vraiment », a déclaré Niewiadoma, suggérant que les équipes auraient peut-être choisi de ne pas poursuivre parce que Kopecky n’est pas un concurrent du SD Worx GC.

« Parfois, on a l’impression que personne ne veut travailler ensemble parce que tout le monde a une tactique ou une stratégie différente en tête. Elle ne se battra pas au Tourmalet, donc l’engagement [to chase] est toujours plus petit. »

Ashleigh Moolman-Pasio (AG Insurance-Soudal-QuickStep) a également exprimé sa frustration face au manque d’organisation du groupe de poursuivants. Bien qu’elle n’ait eu aucun autre coéquipier dans le groupe, elle a estimé que les coureurs non SD Worx auraient pu travailler ensemble pour réduire l’écart avec Kopecky.

« Kasia et moi nous sommes rapprochés, mais ensuite, lorsque la descente a commencé, c’était tellement frustrant. Ce n’était pas mon travail de chasser car il y avait d’autres coureurs d’autres équipes. Je ne voulais pas simplement m’asseoir, alors j’ai essayé de faire avancer les choses « , a déclaré Moolman-Pasio.

« Je ne comprends pas la mentalité d’attaquer et de contre-attaquer parce que si nous travaillions ensemble, nous pourrions la ramener. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas une grande surprise que cela commence de cette façon, mais je me sens bien et j’ai hâte aux prochains jours. « 

Lidl-Trek comptait une cavalière dans le groupe de poursuite, Elisa Longo Borghini. Cependant, la directrice de l’équipe, Ina Teutenberg, a déclaré qu’elle ne s’attendait ni n’aurait demandé à Longo Borghini de poursuivre dans ce scénario.

« Je sais à quel point Kopecky est forte, et ne dis jamais jamais, mais je ne pense pas qu’elle soit une menace pour le GC. On ne sait jamais, il y a six étapes classiques, et peut-être qu’elle a 10 minutes à la fin, et ensuite ils ne la rattrapent pas. Mais je n’avais qu’un seul coureur là-dedans, et je ne les laisserais pas poursuivre « , a déclaré Teutenberg.

« Kopecky était très forte aujourd’hui. Il faut avoir les jambes pour faire ce qu’elle a fait, et personne ne pouvait réagir. Il y avait suffisamment de coureurs de montagne là-bas qui l’ont vue monter, et personne n’avait les jambes pour suivre.

« Chapeau à Kopecky, le meilleur cavalier a gagné.

A lire également